4e FESTIVAL CULTUREL MAGHRÉBIN DE MUSIQUE ANDALOUSE À KOLÉA: Andalou, fado et flamenco

Lesoir; le Mardi 4 Decembre 2012
2

Des artistes et orchestres andalous de 4 pays des deux rives de la Méditerranée (Tunisie, Maroc, Espagne et Portugal) animent aux côtés de leurs homologues algériens la 4e édition du Festival culturel maghrébin de musique andalouse, abrité depuis samedi soir par la maison de la culture Mohamed-Aroua de Koléa (Tipasa). L’inauguration de cette édition, qui se poursuivra jusqu’au 6 décembre, a été marquée par l’organisation d’un hommage au défunt cheikh Dahmane Ben Achour, une «personnalité artistique algérienne dont la contribution à la préservation de la musique andalouse est reconnue au double plan national et international», a indiqué M. Labri Nourredine, membre du commissariat de ce festival. Cette soirée inaugurale a été animée par l’orchestre modèle de Tipasa sous la férule de M. Smaïn Hakem, qui a réussi pendant plus d’une heure à divertir le public avec des morceaux de haute facture, que le public a fortement appréciés, d’autant plus que la fin de la soirée a été marquée par l’interprétation de quelques chansons connues du cheikh «en guise de reconnaissance et hommage à son œuvre». Pour la soirée de dimanche, le commissariat du festival avait programmé deux conférences sur «Les sujets littéraires du mouacheh» et «La poésie de Abi Mediane Chouaïb», animées respectivement par Saâdane Ben Baba Ali et Toufik Ben Ghirat, avant l’entrée en scène de l’orchestre régional de Constantine et de la chanteuse marocaine Sanaâ Merhati, qui sera accompagnée par des jeunes du Chabab de Rabat. Outre l’orchestre modèle de Tipasa, l’Algérie est représentée durant ce festival par trois orchestres régionaux, en l’occurrence ceux de Constantine (malouf) sous la conduite d’Ahmed Aoubdia, d’Alger (sanaâ), sous la conduite de Mokdad Zerrouk, et enfin de Tlemcen, sous la direction de Leïla Merah. Le tomber de rideau du festival sera assurée par un gala du chanteur Hamidou. La Tunisie prend part à ce festival avec la troupe des jeunes de Monastir, tandis que la Maroc marque sa présence avec la troupe du Chabab de Rabat et la chanteuse Sanaâ Merhati. L’Espagne et le Portugal sont présents, quant à eux, grâce à des troupes de danse du flamenco et du fado, des genres musicaux réputés avoir des résonances proches de l’andalou.

Categorie(s): culture

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..