Abdelkader Ouali inaugure le contournement de Djebel El Ouahch: Un ouvrage en deçà des attentes

Lesoir; le Lundi 30 Novembre 2015
2

Nonobstant la qualité de l’ouvrage qui rompt
indéniablement avec les standards parachevés par les Chinois et les
Nippons, l’inauguration, hier, du contournement de Djebel El Ouahch par
le ministre des Travaux publics qui a pris les allures d’un événement
majeur de par son caractère de bravade, a parallèlement mis en évidence
des contrastes patents en termes de savoir-faire.
Exécuté certes sur des reliefs difficiles et fortement accidentés, ce
tronçon de 2 X 2 voies sur 13 kilomètres linéaires pourrait constituer
dans un avenir proche, une hantise pour les usagers de l’autoroute
Est-Ouest. Et pour cause, ses particularités d’escarpement, d’étroitesse
(2X2 au lieu de 3X3 voies), de pente et de sinuosité en sus du reste à
réaliser en matière d’aménagements et de renforcements nécessaires par
endroits en raison des glissements de terrains qui ont d’ailleurs
affecté lourdement le déroulement des travaux qui ont connu des retards
considérables.
Dès lors, la reconsidération de l’option du tunnel de Djebel El Ouahch
prévue au premier tracé de l’autoroute s’impose aux pouvoirs publics
comme solution idoine pour une fonctionnalité optimale de la totalité de
l’ouvrage d’autant plus que l’idée du contournement n’a été admise qu’en
tant de palliatif provisoire à l’effondrement inattendu de la galerie en
question au début de l’année dernière. Incident qui demeure inexpliqué
pour l’opinion publique qui attend toujours les conclusions des
différentes enquêtes ordonnées par la tutelle au même titre d’ailleurs
que les tenants et aboutissants du conflit qui oppose depuis, cette
dernière au consortium japonais Cojaal.
Et c’est notamment envers ce dernier que le défi d’engager des
entreprises nationales pour la réalisation de ce contournement était
dirigé. Un sursaut d’orgueil qui accouchera non sans peine d’un ouvrage
à parfaire même s’il fut accueilli avec beaucoup de soulagement et de
satisfaction de la part de Abdelkader Ouali.
Un contentement que le ministre des Travaux publics doit surtout à la
levée du dernier obstacle important dans l’itinéraire Tlemcen-El Tarf.
«Nous avons déjà réhabilité 350 kilomètres d’autoroute et aujourd’hui,
nous pouvons affirmer avec la réception de ce contournement qu’il ne
subsiste aucun obstacle sur le tronçon Lakhdaria-El Tarf», dira-t-il.
«Une expérience unique» soulignera le ministre à propos du «défi» relevé
par le groupement d’entreprises nationales qui a réalisé ce tronçon de
13 kilomètres. Expérience qu’il faudra surtout appuyer et généraliser
d’autant plus que le pays est engagé dans la réalisation de pas moins de
1 200 kilomètres d’autoroutes au niveau national, lesquels figurent
parmi les priorités du gouvernement qui aspire à une économie basée sur
les structures et les équipements publics, laissera entendre le ministre
qui ne s’est pas attardé sur les anomalies et autres retards constatés
sur son chemin vers Annaba à l’image des travaux à la traîne qui n’ont
pu, à ce jour, libérer le deuxième tube du tunnel, non moins important
d’El Kantour.
K. G.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): K. G.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..