ADOPTION DE LA LOI DE FINANCES 2016: Rébellion à l’Assemblée

Lesoir; le Mardi 1 Decembre 2015
2

Pari gagné pour l’opposition parlementaire. Il
régnait hier à l’hémicycle Zighoud-Youcef, lors de la séance d’adoption
de la loi de finances 2016 (LF 2016) une ambiance électrique qui a
failli dégénérer en bagarre générale entre les députés de l’opposition
et ceux de la majorité.
Abder Bettache - Alger (Le Soir) - Une trentaine de minutes avant
l’ouverture des travaux de la plénière, le hall de l’Assemblée nationale
était déjà plein de monde.
Des députés, mais surtout des journalistes venus nombreux couvrir
l’événement. La veille, des informations circulant dans les milieux
politiques annonçaient déjà un probable bras de fer entre les
parlementaires.
Il est 9h 55 mn, lorsque la cloche retentit, invitant les députés à
rejoindre leurs places. C’est également le moment choisi par les députés
de l’opposition parlementaire, composée du PT, du FFS, de l’Alliance de
l’Algérie verte, du FJD et du MEN pour passer à l’acte. Ils sont près
d’une soixantaine à improviser une marche à l’intérieur de l’hémicycle.

C’est le début d’une journée parlementaire pas comme les autres. Une
journée qui marquera l’histoire de l’Assemblée nationale (APN). En
effet, les députés de l’opposition entament leur action et crient leur
opposition à la loi de finances 2016. La tension monte d’un cran,
lorsque le personnel de l’Assemblée en charge de la sécurité tente
d’empêcher les contestataires de faire le tour de l’hémicycle. La
tension est à son comble.
Bousculés, les députés résistent et forcent l’entrée de la salle de
plénière.

Confrontation
Portant des pancartes sur lesquelles on peut lire notamment «non à la
dilapidation de l’argent du peuple» ou encore «loi de finances 2016 :
argent pour la clique, misère pour le peuple», les députés sous les yeux
de leurs collègues de la majorité haussent le ton et annoncent la
couleur de ce qui suivra lors des débats.
Il est 10 h15 mn. Le président de l’Assemblée nationale invite la
rapporteuse de la commission à faire lecture du rapport complémentaire
de la commission. Mme Saïda Bounab, députée du FLN, monte à la tribune.
A peine entame-t-elle la lecture du rapport, les députés du FFS, du PT
et de l’Alliance verte envahissent la tribune de l’Assemblée. Une
première dans les annales.
Des scènes qu’on ne voit qu’au niveau des Assemblées d’autres pays se
déroulent sous nos yeux, dont la dernière en date a eu lieu au Parlement
grec. La tension a atteint son paroxysme.
La députée du FLN chahutée arrive difficilement à faire lecture de son
rapport. La scène se déroule sous les regards inquiets de ses collègues
du FLN. Ces derniers se retiennent d’apporter assistance à Mme Bounab.
Le cafouillage est total. Quelques minutes après, des parlementaires du
FLN rentrent en scène.
Bousculade. On annonce des coups de poing entre députés de l’opposition
et ceux de la majorité. La scène est indescriptible. Les signes d’une
confrontation générale sont réunis. Le président du groupe parlementaire
du FLN, M. Mohamed Djemai, intervient et tente d’éviter la
confrontation.

Ministres spectateurs
Les députés du Parti des travailleurs, notamment Youcef Taazibt et
Djeloul Djoudi s’opposent eux aussi à un éventuel dérapage.
Le président de l’Assemblée nationale, M. Ould Khelifa, impuissant, suit
les va-et-vient des uns et des autres. Ses appels à l’ordre n’ont aucun
écho chez les protestataires.
L’ambiance est électrique. Les commentaires vont bon train.
On frôle une bagarre générale. Les députés du FLN tentent de renverser
la vapeur, mais en vain. Les parlementaires du RND discrets évitent de
s’en mêler.
Choix tactique, laissent croire certaines sources proches de ce parti.
«Nous sommes toujours dans le gouvernement de la majorité et nous
soutenons également le programme du président de la République»,
indique-t-on. Devant ce grand cafouillage, les ministres présents
suivent la scène. Certains en impassibles spectateurs, alors que
d’autres, la tête baissée, suivent discrètement les événements. Il est
11 h passées de quelques minutes. Le président de l’Assemblée entame les
travaux d’amendement.
C’est un autre moment fort de la journée. Au fond à gauche de la salle
des travaux, les élus du FFS brandissent l’emblème national et scandent
«Djazaïr hourra dimocratia».
Les articles contestés sont tous approuvés par la majorité sous les cris
et sifflets de l’opposition. Les députés de ces derniers ne ratent pas
l’occasion à chaque fois qu’ils interviennent pour passer leurs messages
politiques. Il est presque 15h. Les travaux tirent à leur fin.
Dernière démonstration de force : les députés de l’opposition quittent
l’hémicycle et improvisent une manifestation à l’extérieur. Au milieu
d’un important dispositif, ils tentent d’occuper le boulevard Zighoud-Youcef.
La circulation automobile est interrompue. Les policiers réussissent à
convaincre les parlementaires de rejoindre l’intérieur de l’hémicycle.

Ces derniers observent pour quelques minutes un sit-in et donnent suite
favorable aux doléances des responsables de police. Le siège de
l’Assemblée nationale retrouve son calme. A l’intérieur, la majorité a
déjà voté la loi de finances 2016.
A. B.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): A. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..