ALORS QUE L’AUTISME N’EST PAS RECONNU : Les parents d’enfants s’organisent

Lesoir; le Dimanche 9 Decembre 2012
2

L’Association nationale de l’aide aux personnes autistes a été créée hier. Elle se chargera de sensibiliser sur ce trouble, qui selon les parents d’enfants autistes, n’est pas reconnu par les autorités sanitaires. De ce fait, les personnes atteintes ne bénéficient pas de soins adaptés. C’est un groupe de parents, qui, lassés de se démener au quotidien pour tenter d’assurer une vie normale à leurs enfants autistes, ont décidé de s’organiser. Hier, ils se sont réunis à la salle de cinéma d’El Biar pour donner le coup d’envoi à leur nouvelle association. C’est une orthophoniste de Sétif, Mme Samira Khaled qui a aussi été à côté des parents livrés à eux-mêmes pour les aider à aller de l’avant et à s’organiser dans le but d’obtenir les soins adéquats pour leurs enfants. Les membres de l’association se sont ainsi rencontrés à plusieurs reprises avec des orthophonistes en vue d’échanger leurs expériences et de discuter des obstacles vécus dans le processus de prise en charge des enfants autistes. Il s’agit ainsi, de la première association nationale de professionnels et de parents autistes avec des représentants dans 14 wilayas à ce jour. Les parents présents hier à la réunion, mettront en premier lieu en évidence, l’absence totale d’une prise en charge pluridisciplinaire des enfants autistes. «Ce trouble n’est pas reconnu par les autorités sanitaires et si nous nous présentons à l'hôpital Drid- Hocine, nous ne pouvons prétendre qu’à une carte d’inadaptés mentaux pour nos enfants. Alors qu’ils ne sont pas inadaptés mentaux», explique Mme Mamma, mère d’un enfant autiste de 4 ans et membre fondatrice de l’association ANAA. Au quotidien, pour les parents, c’est la croix et la bannière. Ils doivent redoubler d’efforts pour trouver des professionnels qui prennent soin de leurs enfants. Mais en vain, car ils ne peuvent prétendre qu’à une prise en charge par des orthophonistes, ce qui ne représente qu’une partie de la prise en charge à adapter ce trouble. Ils signalent ainsi l’absence, notamment de psychomotriciens et d’ergothérapeutes. Les membres de l’association préciseront aussi qu’à ce jour, et du fait que le trouble n’est pas reconnu, il n’existe pas de statistiques précises du nombre d’enfants autistes en Algérie. «Nos enfants sont intelligents et peuvent accomplir beaucoup de choses. En dépit de cela, les écoles ne les acceptent pas et ils ne peuvent donc prétendre à être scolarisés», témoigne Mme Mamma. Mme Salima Souakri a pour sa part accepté de parrainer l’association en vue d’encourager les parents. Les parents sont aussi décidés à se mobiliser à l’ouest et au sud du pays où les adhésions sont faibles.
F.-Zohra B.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): F.-Zohra B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..