Amar Ghoul à propos de la révision constitutionnelle :: «La forme et le timing sont du ressort exclusif du chef de l’état»

Lesoir; le Dimanche 29 Novembre 2015
2

Amar Ghoul a affirmé hier que son parti «a une
confiance totale en la personne du président de la République quant à la
forme ou le timing» que cette révision tant attendue pourrait prendre,
en référence à la voie référendaire ou parlementaire, tout en assurant
que ce texte sera «fort et consensuel», susceptible de garantir une
séparation entre les pouvoirs.
Younès Djama - Alger (Le Soir) - «La forme ou le timing de la
prochaine Constitution relève quasi exclusivement des prérogatives du
président de la République», a déclaré le président de TAJ qui
s’exprimait au siège du parti, en marge de sa rencontre avec
l’ambassadrice du Canada en Algérie, Isabelle Roy, au cours de laquelle
la diplomate a échangé avec l’homme politique des points de vue sur les
questions d’intérêt national et surtout international. Toujours sur le
registre politique, le président du parti TAJ se pose en rassembleur de
toutes les sensibilités politiques du pays, et ce, dans un contexte
géopolitique des plus incertains tout en exhortant ses pairs des autres
formations politiques à ne pas verser dans le «pessimisme» et le
«découragement». «Le pessimisme et le découragement se nourrissent
d’eux-mêmes, c’est pourquoi il n’est pas acceptable qu’un responsable
politique se transforme en semeur de haine, voire de régionalisme»,
a-t-il signifié, avant d’inciter ces hommes politiques à «semer
l’espoir». «Il faut une mobilisation de tous les Algériens pour la
sécurité et la stabilité du pays. Car, le seul garant de la sécurité
c’est le peuple», a déclaré Ghoul, tout en prévenant que l’Algérie
«demeure toujours menacée» alors que des pays sont à feu et à sang
notamment la Syrie, le Yémen et l’Irak. Amar Ghoul se dit également ne
pas être contre telle ou telle initiative (politique) pour peu qu’elles
ne viennent pas, selon lui, attenter à la légitimité des institutions de
l’Etat et aux intérêts suprêmes du pays, et à condition aussi qu’elles
ne s’inscrivent pas dans des calculs politiques étroits. Or, selon Amar
Ghoul, «il n’y a pas de débat avec les parties qui éliminent le rôle des
institutions de l’Etat». Pour lui, «l’édification de la démocratie est
la responsabilité de tous, et pas seulement du pouvoir ou les partis
politiques». Revenant sur le texte controversé du projet de loi de
finances 2016, le président de TAJ affirme qu’en tant que membre du
gouvernement le parti «assume complètement les choix du gouvernement,
bons ou mauvais» et à ce titre, il qualifie de «naturels» les débats sur
fond de controverse qui ont eu lieu à l’Assemblée nationale autour de ce
texte. Concernant ses entretiens avec la diplomate canadienne, Amar
Ghoul a déclaré qu’il a exposé à la représentante du Canada en Algérie
l’approche algérienne en matière de lutte contre le terrorisme qui
frappe plusieurs pays du monde. L’approche algérienne se veut, selon
Ghoul, globale, en tenant compte à la fois des aspects sociologique,
économique, politique, etc., qui sous-tendent ce phénomène (terrorisme).
Selon Ghoul, l’approche sécuritaire, comme celle qui a lieu en Syrie,
est fausse.
Y. D.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Y. D.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..