AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE: Le projet de territoire «Hauts-Plateaux Ouest», quelles perspectives… ?

Lesoir; le Jeudi 4 Decembre 2014
2

La ministre de l’Aménagement du territoire et de
l’Environnement a procédé au cours de cette semaine à Tiaret, à
l’ouverture de la conférence régionale ayant pour objet la clôture de
l’étude menée par le groupement BRLI BNEDER-CSSI relative à
l’élaboration du schéma d’aménagement de l’espace de programmation
territoriale Hauts-Plateaux Ouest.
Cette rencontre à laquelle ont pris part cinq walis du SEPT HPO (Tiaret-Tissemsilt-
Saïda-Naâma-El Bayadh), marque en effet l’aboutissement d’un long
processus de concertation adopté par le MATE dans le cadre de
l’élaboration de cet instrument d’aménagement stratégique pour les
Hauts-Plateaux.
La présentation de la phase finale de l’étude, réalisée par le
représentant du groupement précité, à l’appui dune visualisation
attrayante, s’est articulée autour d’un rappel des principaux résultats
du diagnostic stratégique, un exposé des orientations d’aménagement et
de développement durable de l’espace HPO, du plan d’action du SEPT et
enfin de l’esquisse du tableau de bord de suivi/évaluation de la mise en
œuvre du SEPT. Les participants, dans leur diversité, institutionnels,
élus locaux parlementaires, techniciens de l’Etat, universitaires,
société civile, retiendront que l’objet primordial de l’instrument
proposé à validation, est de contribuer à répondre aux multiples défis
auxquels l’espace HPO se trouve confronté à court, moyen et long terme
comme :
• Les défis relatifs à la ressource en eau, des effets du changement
climatique, de la préservation des écosystèmes steppiques, montagneux et
présahariens.
• Le défi démographique de la prise en charge des besoins des nouvelles
générations, notamment en matière d’emploi des jeunes.
• Les défis liés à l’urbanisme, au logement et aux besoins en
infrastructures (transport, déchets, santé, eau ...).
• Le défi du développement économique par la préservation de la vocation
agropastorale, la diversification, la densification, l’élargissement et
la modernisation du tissu industriel.
• Enfin, le défi de la cohésion sociale par rapport d’une part à
l’intégration des HPO dans l’ensemble national et d’autre part par
rapport à l’identité régionale, véritable ciment du projet de territoire
proposé par le SEPT. Il y a lieu de remarquer que les débats, d’une
densité remarquable, ont tourné majoritairement autour des potentialités
des wilayas respectives témoignant somme toute de la faible
intériorisation des enjeux du SEPT HPO et surtout de l’approche
systémique du projet de territoire par les acteurs.
Quelques réflexions ont tout de même émergé des redondances habituelles
des rendez-vous incantatoires : la place des organisations de la société
civile dans la mise en œuvre du SEPT HPO, la défiscalisation
différenciée des investissements dans les wilayas dudit espace, la mise
en place de projets pilotes mettant en relief les synergies et
mutualisations au service de la logique d’ensemble de développement
durable du territoire HPO, ou encore la pertinence du choix de la
délégation chargée de l’animation du SEPT comme instrument de
gouvernance au lieu de la région en tant que configuration
institutionnelle cible naturell , ou encore, la construction des
indicateurs d’impact et de résultat de l’intervention.
Enfin, une proposition digne d’intérêt a été émise consistant dans
l’initiation, puis la généralisation de l’Appel à projet (à caractère
soft) en direction des acteurs du SEPT HPO, qui serait le fait d’un
bailleur de fonds comme le MATE par exemple, ou l’ANAT, orienté vers les
finalités de l’instrument avec cependant des objectifs spécifiques
ciblés sur le renforcement de capacités des acteurs, la mise en place de
systèmes de veille territoriale , l’appui au développement de filières
au sein des HPO, la promotion territoriale etc.
A noter que lors de sa visite dans la wilaya, la ministre de
l’Environnement a marqué des haltes sur quelques projets relevant de son
secteur comme le centre d’enfouissement technique de Aïn D’heb, le parc
d’attractions et de loisirs, la Maison de l’environnement et l’ancienne
décharge publique de la ville.
Mourad Benameur

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Mourad Benameur

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..