Amer constat du Wali :: «La wilaya de Béjaïa est classée dernière à l’échelle nationale»

Lesoir; le Samedi 28 Novembre 2015
2

Rompant avec le discours ambiant faisant croire par
le passé à une remise sur les rails du train de développement dans la
wilaya, le wali de Béjaïa, Ouled Salah Zitouni, a reconnu la situation
économique alarmante dans laquelle se trouve cette région de la Basse
Kabylie.
«La wilaya de Béjaïa est sous-développée; elle souffre en matière de
développement , elle est classée dernière à l’échelle nationale ; le
taux de pénétration en gaz de ville est à peine de 29% à Béjaïa qui se
trouve aussi à la dernière place, les différents projets inscrits au
profit de la région depuis des années tardent à se réaliser», tel est le
triste constat établi par le wali de Béjaïa au lendemain de ses visites
à travers l’ensemble des communes de la wilaya.
Le wali qui compte ainsi donner un coup de pied dans la fourmilière pour
tenter de relancer cette machine de développement «grippée», selon ses
propres termes, s’est réuni jeudi avec des investisseurs implantés dans
la région.
La rencontre, la troisième observée en l’espace d’une semaine après
celle ayant réuni les investisseurs dans le domaine du tourisme et les
entrepreneurs, vise à rapprocher l’administration des opérateurs pour
une prise en charge rapide de leurs préoccupations liées entre autres à
des obstacles bureaucratiques et l’octroi d’assiettes foncières. «Le
problème du foncier ne se pose pas à Béjaïa. Des difficultés
bureaucratiques existent, certes, mais des instructions sont données
pour y mettre un terme. Deux plateformes industrielles sont créées à El
Kseur et Béni Mansour, des mesures sont prises pour leur aménagement
rapidement. Ceux qui veulent réellement investir avec sincérité dans la
région sont les bienvenus. On fera tout pour mettre à leur disposition
toutes les conditions. Mais ceux qui ont obtenu des assiettes de terrain
depuis des années doivent se conformer au cahier des charges pour
entamer le travail. Dans le cas contraire, la concession sera annulée et
sera réattribuée pour son exploitation rapidement», note d’emblée le
wali dans son intervention avant de réitérer «son entière disponibilité
à lever les obstacles auxquels font face les opérateurs».
Si l’initiative du wali est qualifiée de «généreuse», il n’en demeure
pas moins que l’amère réalité du terrain que vivent nombre
d’investisseurs ne semble pas prêter à l’optimisme. «Dans certains pays,
l’offre du foncier industriel est excédentaire à la demande. Ce sont des
hangars entiers qui sont mis à la disposition des investisseurs qui
n’ont qu’à installer leurs machines et se mettre au travail», a souligné
un cadre d’une entreprise privée d’Akbou . Ce dernier révèle que les
entreprises payent près de 800 millions de centimes de TAP, pourtant,
regrette-t-il, aucun aménagement n’est apporté dans leur zone
d’activité. A titre d’exemple, notre interlocuteur note que sur une
cinquantaine d’entreprises, deux unités sont uniquement raccordées au
gaz naturel dans la zone d’Akbou se trouvant dans un état lamentable
dépourvu de route, d’éclairage public sans parler du réseau téléphonique
et internet qui connaît de fréquentes perturbations .
«Avec ces 800 millions déboursés mensuellement depuis des années, on
aurait réalisé les meilleurs aménagements au monde depuis belle lurette
déjà», ironise le même cadre d’Akbou.
A. Kersani

Categorie(s): régions

Auteur(s): A. Kersani

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..