APRÈS S’EN ÊTRE PRIS À OULD KABLIA: Belkhadem s’attaque à Sellal

Lesoir; le Dimanche 16 Decembre 2012
2

Le secrétaire général du Front de libération nationale, Abdelaziz Belkhadem, a adressé, jeudi dernier, une correspondance d’une extrême virulence au Premier ministre, Abdelmalek Sellal, l’accusant personnellement de vouloir casser son parti. Cette correspondance, Belkhadem l’a envoyée au sortir d’une réunion extraordinaire du bureau politique du parti, avons-nous appris de bonne source.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Cette escalade intervient une semaine après une première correspondance que Belkhadem avait adressée, samedi 8 décembre dernier, à Bouteflika et à Sellal pour se plaindre de la circulaire que le ministre de l’Intérieur Daho Ould Kablia avait envoyée le mercredi 5 décembre aux walis pour expliquer les modalités d’application de l’article 80 du code électoral qui régit l’élection des présidents d’APC. Le litige portait sur la détermination de la majorité requise pour qu’un candidat soit élu président de l’APC. Pour Ould Kablia, il s’agit bel et bien de la majorité absolue, à savoir la règle des 50 % plus une voix. Ce à quoi s’oppose fermement le FLN qui insiste sur la seule majorité simple. Un cas de figure qui arrange, bien entendu, les affaires de l’ex-parti unique, arrivé premier dans la majorité des assemblées à l’issue de l’élection du 29 novembre. «Il y a eu une grande confusion au lendemain de l’élection du 29 novembre en raison de l’ignorance de l’écrasante majorité des acteurs, y compris au sein du gouvernement lui-même des nouvelles modalités de l’élection. Depuis la révision du code électoral en janvier 2012, ces modalités changent de manière significative. Désormais, il ne suffit plus d’arriver en tête à l’issue du suffrage universel mais encore faut-il fortifier sa position lors du vote entre élus, et à bulletins secrets, par l’acquisition d’une majorité absolue des voix de ces mêmes élus et, donc, des citoyens électeurs.» La circulaire du ministre de l’Intérieur, qui interprétera l’esprit de l’article 80 tant décrié par Belkhadem, sera d’ailleurs appliquée à la lettre lors des élections des assemblées qui ont pris fin vendredi. Et, comme prévu, elle aura été fatale à l’ex-parti unique. A peine 500 APC de gagnées contre 1 100 en 2007 et 23 à 25 APW contre 37 en 2007 toujours. Ce qui explique cette grosse colère de Abdelaziz Belkhadem, dont les correspondances du 8 décembre dernier n’ont fait réagir ni Bouteflika ni Sellal. Et c’est sur ce dernier qu’il déversera toute son ire. Outre de vouloir «casser le FLN, Belkhadem accuse Sellal carrément de «partialité» dans sa guerre ouverte avec Daho Ould Kablia et qui a repris de plus belle à l’occasion des dernières élections locales. Ce n’est pas tout, car le SG du FLN et ancien ministre d’Etat menace, dans sa missive au Premier ministre, de saisir le Conseil d’Etat et le tribunal administratif contre le gouvernement ! Un cas de figure pour le moins cocasse, s’il venait à advenir : le parti dont le président est le président de la République lui-même, qui intente un procès contre le gouvernement pour fraude !
K. A.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): K. A.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..