ATTITUDES: L’œuvre amputée

Lesoir; le Samedi 22 Decembre 2012
2

Par Naïma Yachir
naiyach@yahoo.fr 
Il est l’ami de Maya, cette petite fille de six ans qui, à chaque
fois que l’occasion se présente, fait un détour à la Grande-Poste pour
retrouver son dauphin qui n’a jamais bougé, toujours là à l’attendre.
Elle avait deux ans quand ses parents le lui ont présenté. Elle s’est
tout de suite dirigée vers la tête et s’est écriée : - Oh ! maman,
regarde, c’est un dauphin. Comme il est grand et beau. Elle demande à
son papa de la prendre et de la poser sur le dos de l’animal. Elle le
monta comme un cheval, mit sa tête sur celle du poisson, la caressa
tendrement en fermant les yeux, et lui murmura :
- Tu es mon ami, je t’aime et jamais je ne te quitterai. Depuis ce jour,
Maya demeura fidèle à son mammifère. Lors de ses sorties récréatives
avec son papa, elle ne manquera pas de lui rappeler d’effectuer une
halte, devenue incontournable, à la Grande-Poste pour retrouver son
dauphin. En chemin, elle cueillera quelques brindilles et lancera à son
papa :
- C’est pour lui, il sera content, j’en suis sûre. Tu sais, il m’a
manqué. Elle est pressée d’arriver à son rendez-vous, elle tire son papa
par la main et lui demande de marcher un peu plus vite. A quelques
mètres de la place, Maya est tout excitée à l’idée de le revoir, elle
sourit et saute de joie. Elle l’aperçoit de loin, lache la main de son
père et court vers l’imposante sculpture taillée dans un immense tronc
d’arbre. Elle n’est pas contente, car d’autres visiteurs l’ont devancée,
des enfants l’ont déjà monté. Elle est triste. Elle s’adresse à son père
furieuse, les larmes aux yeux :
- Ils n’ont pas le droit d’être là, c’est mon ami, c’est moi qui le
caresse. Le père sourit et lui explique : «Mais ma fille, c’est l’ami de
tous les enfants, ne sois pas égoïste. Il est content lui aussi de
retrouver tous ces gamins qui lui tiennent compagnie, et il veut
partager ces moments de bonheur avec tout le monde.» Maya, pas très
convaincue, essuiera ses larmes, et se fraye un chemin sur le dos de son
bien-aimé. C’est vers sa tête qu’elle se sent le mieux, elle la caresse
et pose son petit bouquet.
- Ça c’est pour toi, j’espère qu’elles te plaisent. Aujourd’hui, Maya a
six ans, son dauphin elle l’a vu il y a un mois. En ce mardi après-midi
ensoleillé, elle demande à sa maman de la laisser un peu plus longtemps
avec lui :
- S’il te plaît maman, je veux en profiter car il n’y a pas d’enfants
sur son dos. La maman, voyant les yeux de sa fille pétillant de bonheur,
succombera à son désir. Maya, heureuse, sautera sur son dos, comme
d’habitude, fera les cent pas le long du tronc, puis glissera vers la
tête, et lui parlera à voix basse :
- Cette fois, nous sommes seuls toi et moi. Je vais te confier un
secret. Tindouf, mon chat, c’est moi qui ai choisi ce nom, est mort.
J’ai beaucoup pleuré, papa m’a promis d’en adopter un autre, j’ai dis
oui, mais aucun autre chat ne remplacera mon Tindouf. Il était tellement
mignon. Tu sais, quand papa lui a donné son premier bain, il ne l’a pas
griffé et n’a même pas miaulé. La maman de Maya la sortira de ses
confidences en lui rappelant qu’il se fait tard et qu’elles doivent
rentrer à la maison. Maya embrassera son ami et lui promettra de revenir
très bientôt. En retrouvant mardi dernier son ami, Maya a été choquée de
le voir si petit. Le gigantesque tronc, dont la partie centrale a été
sculptée pour redonner vie à cet arbre — tout l’arbre avait un sens, une
âme —, eh bien, le mammifère a été saucissoné. Pourtant, l’artiste a
réussi parfaitement son œuvre, au point où le végétal et l’animal
vivaient en parfaite symbiose et ne faisaient qu’un. Maya, déconcertée,
dira à sa maman :
- Mais où est passé son corps ? J’espère qu’il n’a pas eu mal.

Categorie(s): soirmagazine

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..