Bien-être: La peur de rougir en public, une source de souffrance et de handicap

Lesoir; le Mercredi 3 Decembre 2014
2

La peur de rougir en public fait partie des phobies
sociales : peur intense systématique d’une situation sociale par crainte
d’être jugé négativement.
Les répercussions peuvent être importantes dans la vie de tous les
jours, allant jusqu’à la mise en place de stratégies pour éviter ces
situations à risque. On parle alors de peur pathologique, c’est-à-dire
que cette anxiété sociale, selon son intensité, peut être considérée
comme une maladie, laquelle peut être prise en charge. Des milliers de
personnes sont concernés par la peur de rougir en public. Cette gêne,
pouvant être considérée comme banale par les autres, peut devenir une
obsession et une souffrance. C’est ainsi que cette peur de rougir en
public peut créer un handicap réel chez la personne concernée. Or, cette
phobie sociale est souvent difficile à repérer par l’entourage. Malgré
tout, des rougissements importants et fréquents ont des conséquences
indirectes importantes dans la vie quotidienne : repli sur soi, refus
scolaire, dépression…
Existe-t-il des médicaments contre l’anxiété sociale ?
Aucun médicament n’empêche de rougir. Toutefois, dans certaines mises en
situations prévisibles et ponctuelles, comme devoir passer un examen
oral ou prendre la parole en public, l’anxiété peut être ponctuellement
atténuée à l’aide de médicaments de la famille des bêtabloquants. Selon
la sévérité de l’anxiété, on peut aussi donner un coup de pousse en
prescrivant un traitement antidépresseur durant plusieurs mois, mais
avec un risque de rechute à l’arrêt. D’où l’intérêt de toujours mettre
en place parallèlement une thérapie comportementale et cognitive.

Categorie(s): femme magazine

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..