Bouira: Des résidents de la cité Thawra accusent

Lesoir; le Jeudi 26 Novembre 2015
2

Des dizaines de citoyens habitant dans la cité
résidentielle Thawra datant des années 1980 se sont rassemblés, hier,
devant un espace vide qui longe le boulevard qui leur fait face, et ce,
pour dénoncer les agissements de l’agence foncière qui s’apprête, selon
eux, à ériger des immeubles sur cet espace compris entre leur cité et le
boulevard des bâtiments.
D’après les protestataires que nous avons rencontrés sur les lieux, la
cité dans laquelle vivent plusieurs milliers de citoyens ne dispose
d’aucun espace vert ou autre terrain de jeu, et c’est pour cette raison
qu’ils ont toujours réclamé des espaces verts auprès des autorités
locales.
Aussi, le terrain vague existant devant cette cité et qui longe le
principal boulevard allant de la Cour de Bouira jusqu’à la Sonelgaz a
été le principal terrain réclamé pour en faire un espace vert et de
détente pour les enfants.
Des correspondances sont régulièrement envoyées aux autorités de la
wilaya, de la commune et même au Premier ministre et au président de la
République mais sans suite. Pire, et selon les protestataires, faisant
fi des cris de détresse des habitants de cette cité, l’agence foncière
poursuit imperturbable son action, celle de créer de nouveaux lots sur
cet espace, pour en faire des immeubles en hauteur qui vont condamner la
cité Thawra à un avenir sombre.

… Et le directeur de l’agence
foncière se défend
Contacté par nos soins, le directeur de l’agence foncière de la wilaya
de Bouira dira que l’espace en question a été toujours un véritable
dépotoir à ciel ouvert sans que personne parmi ces résidents ne prend la
peine de le nettoyer et de l’aménager en espace vert. «Si c’était le
cas, l’agence foncière n’aurait jamais pensé à le récupérer», dira-t-il.
Pour preuve, à quelques dizaines de mètres des lieux, au niveau des
bâtiments des arcades qui font face justement à la cité Thawra du côté
nord-ouest, des habitants avaient aménagé l’espace existant en face de
leurs bâtisses et ont même implanté des arbres ornementaux sur place.
Lorsque l’agence foncière est allée faire l’état des lieux sur les
poches vides récupérables au niveau de la commune de Bouira, elle avait
retrouvé cette poche vide mais la voyant bien entretenue et même plantée
d’arbres, elle a laissé cet espace tel quel.
Pour le cas de l’espace abandonné, objet de protestations de la part des
habitants de la cité Thawra, le directeur de l’agence foncière rappelle
que cet espace était prisonnier d’une ligne UT qui le traverse et pour
laquelle l’agence foncière avait payé 7 milliards pour la déplacer.
Une somme faramineuse que l’agence foncière qui est un Epic se devait de
récupérer en créant des lots. Sur certains lots en face de la mosquée et
le long du boulevard principal, l’agence foncière a de son propre chef
et sur ses propres fonds créé une grande placette où les enfants
pourront jouer et les vieux s’y reposer ; le tout dans un cadre agréable
car propre et situé sur le prolongement de la mosquée. Et le directeur
de rappeler que cette placette est située justement entre les deux lots
sur lesquels l’agence se propose de bâtir dans le cadre d'une promotion
immobilière en R+3 avec commerces et services ; une hauteur qui respecte
celle de tous les autres immeubles des résidents de la cité Thawra. Cela
étant, le directeur de l’agence foncière rappelle que tout ce qu’il
entreprend se fait dans un cadre légal et respectueux des lois de la
République, avec une équipe de techniciens et d’ingénieurs et de cadres
intègres qui font honneur à la wilaya, en tenant le wali toujours
informé.
Enfin, le directeur de l’agence foncière dira à l’encontre de ceux qui
parlent de mafia du foncier en faisant allusion à sa personne et à
l’agence qu'il dirige, qu’ils auront à répondre de leurs accusations
graves devant la justice.
Y. Y.

Categorie(s): régions

Auteur(s): Y. Y.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..