BOUMERDÈS: Le sérail régional reconduit

Lesoir; le Samedi 1 Decembre 2012
2

Selon les résultats préliminaires communiqués par l’administration, sur les 32 communes que compte la wilaya de Boumerdès, la configuration politique n’a pas connu un grand chamboulement puisque la quasi-totalité des vainqueurs de ces élections sont dans le même sérail idéologique fait de conservatisme et de populisme.
On constate, par ailleurs, que le RND est le plus grand gagnant du
scrutin de jeudi. En effet, le parti de l’ancien Premier ministre, Ahmed
Ouyahia qui ne gérait que deux ou trois petites communes fait un retour
fracassant puisqu’il a, désormais, la majorité relative favorable dans 8
communes dont celle du chef-lieu de la wilaya. A Ouled Moussa, son
candidat tête liste Ahmed Moussaoui avait demandé lors d’un meeting
électoral mobilisant une foule immense, un vote massif pour atteindre la
majorité absolue. Pour rappel, quelques jours avant ce meeting, des
candidats du FLN, MPA et FFS avaient fermé le siège de la commune,
exigeant le rejet de la liste du RND. Jeudi, les électeurs de cette
localité ont répondu favorablement au candidat du RND, lui attribuant 10
sièges sur les 19 que comptera, désormais, cette municipalité. Il a
ainsi réédité son coup de 2007, dès lors qu’il était le seul, dans la
wilaya, à gagner une majorité absolue avec, à l’époque, 8 sièges sur 11.
Le RND a également conquis des grandes villes comme Khemis El Khechna,
Thénia ou les Issers. Le FLN qui tablait sur une victoire dans pas moins
d’une vingtaine de municipalités est le grand perdant de ces élections.
Il n’a eu la possibilité d’acquérir la présidence de l’Assemblée que
dans 8 communes. Le parti de Belkhadem arrache Bordj-Ménaïel aux
islamistes du MSP mais perd Boudouaou au profit d’un tout nouveau parti
politique, le Parti de jeunes (PJ). S’agissant du FFS, le parti de Ali
Laskri préserve ses acquis antérieurs. Il a la majorité relative dans 5
communes de la région Est de la wilaya de Boumerdès. Le reste des
communes est partagé entre les Indépendants (Aït Amrane et Déllys), le
PT (Souk El Had) et les nouveaux partis politique. Les islamistes toutes
tendances confondues ont subi un cuisant échec. De leur côté, les
démocrates locaux du RCD se sont réveillés avec la langue de bois pour
constater qu’ils ont reproduit l’échec de 2007. Il faut du temps et de
la persévérance à Boudiaf, le président du bureau régional pour réparer
les dégâts causés par une clique qui squatte depuis de longues années ce
parti à Boumerdès. Le même scenario s’est reproduit au niveau de l’APW
qui compte 43 sièges. Le RND, avec 12 sièges arrache l’Assemblée au FLN
(11 sièges). Avec les 10 sièges gagnés à l’APW, le FFS renforce sa
position de troisième force politique de la région. L’ANR (5 sièges) et
le MPA (5 sièges) font leur intrusion à l’Assemblée de wilaya d’où ont
été éjectés le PT, le FNA et les islamistes. Les résultats des élections
à l’Assemblée de wilaya suscitent d’ores et déjà des questions. Combien
coûtera chaque voix aux prochaines élections sénatoriales et à combien
reviendra le nouveau siège de Boumerdès au Sénat ?
Tentative de fraude
Vendredi, les membres de la Commission indépendante de surveillance des
élections locales n’ont pu que constater leur impuissance devant la
machine administrative. A titre illustratif, ils n’ont pris connaissance
de certains résultats comme ceux de l’APW qu’à notre entrée dans leurs
bureaux. Le président et ses collègues nous ont, cependant, montré un
exemplaire d’un P-V (bureau de vote H106 d’un centre de Boumerdès) signé
à blanc par les 5 membres du bureau de vote. D’après lui, il y avait
d’autres P-V signés également à blanc. «Les magistrats de la commission
de supervision ont été saisis et les preuves leur ont été remises»,
dira-t-il. A notre question sur d’éventuelles fraudes commises, le
responsable en question mettait plutôt en cause certains dépassements.
Effectivement, nous avons constaté, sur le terrain, des dépassements,
comme la présence des candidats ou de leurs partisans autour des centres
de vote pour faire pression sur les électeurs particulièrement les
femmes, ou la dégradation des édifices publics avec un affichage sauvage
la veille des élections, mais force est de dire que le scrutin de jeudi
s’est déroulé dans des conditions relativement calmes.
Abachi L.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Abachi L.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..