Chlef: La lutte contre la violence conjugale en débat

Lesoir; le Lundi 30 Novembre 2015
2

C'est le thème d'une conférence donnée lors du
colloque international dédié à la protection des droits des femmes et
des enfants, tenu au niveau de la Faculté de droit le 26 novembre.
La conférencière est Mlle Cherifa Benahmed, doctorante en criminologie
de l'université 2 d'Oran Mohamed-Benahmed. Elle est aussi membre du
laboratoire de recherche scientifique sur la violence contre les enfants
Ladren.
Cette dernière nous indique que ce phénomène représente 80% des
violences familiales et se manifeste par la maltraitance physique,
sexuelle, psychologique, l'exploitation financière, la négligence
(concerne un membre de la famille qui a le devoir de répondre aux
besoins fondamentaux de la femme).
Les conséquences collatérales de cette violence sont toujours source de
graves préjudices psychologiques pour l'enfant à cours ou long terme,
accompagnés de troubles du comportement et du développement. Ces
derniers, souligne Mlle Benahmed, peuvent déboucher sur des troubles de
stress post-traumatique (TSPT).
Partant du fait que la sérénité famliale est fragilisée par cette
violence, elle énumère les moyens de lutte contre ce mal. Il y a tout
d'abord l'organisation chaque année, à partir du 25 novembre de la
Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des
femmes qui se prolonge par 16 jours de mobilisation jusqu'au 10
décembre, «Journée internationale des droits de l'Homme».
On comprend ainsi que cette atteinte à l'intégrité physique et morale de
la femme constitue une violation des droits de l'Homme. Un renforcement
du cadre juridique et l'élaboration de lois répressives ont été mis en
branle par la justice pour dissuader ceux qui seraient tentés par ces
violences à l'egard des femmes.
Il y a lieu de noter que la loi amendant et complétant le code pénal,
portant de nouvelles procédures inhérentes à la protection de la femme
contre toutes les formes de violences, a été adoptée par l'APN le 5 mars
dernier.
Le projet de loi prévoit un article criminalisant toute forme
d'agression, de violence verbale, toute maltraitance physique ou
verbale. Elle tient à nous informer de l'amendement de l'article 330
relatif à l'abandon de famille pour protéger l'épouse contre la violence
économique, ainsi que de l'article 341 pour alourdir les peines en cas
de harcèlement sexuel. Un autre article de loi prévoit 2 à 6 ans de
prison pour quiconque «exerce sur son épouse des contraintes afin de
disposer de ses biens ou de ses ressources financières».
La conférencière nous a énuméré, pour les femmes victimes de violences,
les structures et cellules d'écoute qui peuvent les prendre en charge
comme les réseaux Balsam, Wassila, Avife.
Pour conclure, notre doctorante nous a indiqué le remède pour lutter
contre cette violence qui est la prévention. Cette dernière doit être
représentée par l'éducation comme action prioritaire.
Medjdoub Ali

Categorie(s): régions

Auteur(s): Medjdoub Ali

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..