Courrier des lecteurs...

Lesoir; le Mardi 4 Decembre 2012
2

Les jeunes, les impôts, la Cnas et la
Casnos
Dans le but de permettre à cette jeunesse délaissée, exclue de toute
politique sociale et livrée à elle-même dans le tourment quotidien, en
tant que citoyen très sensible vis-à-vis de cette jeunesse et de ce que
je me permets de constater combien et combien sont lésés ces pauvres
jeunes qui se débrouillent tant bien que mal pour améliorer leur
situation sociale dignement, comme le logement, l’emploi, le mariage.
Hélas, aucun avantage et aucun encouragement ne leur est accordé. Aussi,
je cite comme propositions pour ces jeunes détenant des activités
libérales comme une petite épicerie, un kiosque, tabac, taxi, etc. Pour
cette catégorie et vu la situation financière actuelle de notre pays —
prêt de 5 milliards de dollars au FMI —, pourquoi notre gouvernement
n'accorde pas l'exonération de ces charges fiscales pour ces jeunes âgés
entre 25 et 40 ans, célibataires ? Ces avantages leur permettront un
petit plus dans leur projet et leur avenir. Selon la réglementation
actuelle, et voir ces jeunes soumis à ces redevances, le comble à cela
s'ajoutent des pénalités de retard, plus les factures d'électricité et
le paiement du loyer, car dans la majorité des cas, ces jeunes louent un
local à usage commercial. Devant la situation de ces jeunes, chacun se
pose la question vis-à-vis de sa conscience : comment pourront-ils s'en
sortir et qui les pousse à la délinquance et la violence ? En
conclusion, il est souhaitable que notre gouvernement et les autorités
compétentes en matière de politique sociale se penchent sur ce sujet
afin d’apaiser l'effervescence et les dangers qui les menacent. Sachant
sérieusement que notre jeunesse est totalement exclue dans le domaine
social. Que cet appel pour le bien de tous soit entendu et étudié. Il
est d'une importance capitale. Un retraité soucieux de l'avenir de notre
jeunesse et sensible au calvaire qu’elle subit
Années du service national ou iniquité de la loi
Les caisses de retraite (CNR) refusent de prendre en considération les
périodes du service national comme valables pour le calcul des taux de
pension, lorsqu’il s’agit de retraite proportionnelle, au motif que les
textes applicables en cette matière n’assimilent pas ces périodes du
service national comme années de cotisation. Nous considérons que cette
disposition du CNR est injuste et illégitime. Ceux qui pour des raisons
diverses (dispense) n’effectuent pas ce devoir bénéficient de plusieurs
privilèges, à savoir deux années de salaires, deux années de cotisation
à la retraite. A l’âge légal de la retraite à 60 ans, nous ne
bénéficierons de rien car nous comptabiliserons plus de 32 ans de
cotisation. Partir en retraite proportionnelle pour ceux qui se sont
acquittés de ce devoir national équivaut à une perte de 5% de la
retraite, figée à vie. Ceci a introduit une forme d’iniquité entre les
citoyens : de ce fait, il serait préférable que le gouvernement revoie
ce litige afin qu’au moins une partie des retraités puisse en
bénéficier, mais qu’elle soit applicable au moins pour les
proportionnelles (pourquoi ne pas modifier cette ordonnance du 4 juillet
1997, qui a omis de mentionner le service national?).
Boutalbi Brahim, Fréha, wilaya de Tizi-Ouzou

Categorie(s): le soir retraite

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..