EN LIBRAIRIE: AU COMMENCEMENT ETAIT LA MER DE MAÏSSA BEY: Ivre de liberté

Lesoir; le Samedi 1 Decembre 2012
2

Paru la première fois en 1996 aux éditions Marsa, ce roman de Maïssa Bey connaît une seconde jeunesse à travers les éditions Barzakh qui ont eu la bonne idée de le publier à nouveau.
Alger. Années 1990. Décennie noire. Le terrorisme fait rage.
L’Algérie n’en finit pas d’enterrer ses morts. Nadia, 18 ans, étudiante
à l’université de droit de Ben Aknoun, vit avec sa mère, ses deux frères
et sa petite sœur. Son père a trouvé la mort il y a quelques années.
Intégriste jusqu’au bout des ongles, son frère Djamel s’érige en gardien
de la morale. Il n’a qu’un seul projet pour sa sœur : la voir
claquemurée à la maison et l’obliger à porter le voile. Mais Nadia veut
être une femme libre et profiter de sa jeunesse comme toutes les filles
de son âge. C’est dans la lecture qu’elle puise la force pour affronter
cet univers d’intolérance et d’incompréhension. «Les seules vraies
histoires, les seules belles histoires sont celles qu’on lit… Les livres
que, toute petite déjà, elle dévorait à s’en user les yeux. Les livres
que lui arrachait sa mère le soir avant de l’envoyer dormir. Dangereuses
fréquentations... Elle pleure enfin, sans vraiment savoir pourquoi,
peut-être simplement parce qu’elle se sent délivrée de n’être plus
seule.» (P.50 et 51). Puis comme un rayon de soleil, l’amour débarque
dans sa vie. Lors de vacances en bord de mer, elle rencontre Karim. Au
premier regard, ils sont attirés l’un vers l’autre. Leur histoire
commence comme si elle devait durer éternellement. Pourtant, le
séducteur finit par l’abandonner par lâcheté, sous la pression d’une
mère qui juge que cette fille n’est pas de la haute société. La jeune
étudiante se retrouve dans de beaux draps. Elle a le cœur en mille
morceaux et un petit habitant pousse dans son ventre. Nadia transgresse
tous les codes, sociaux et familiaux. A la fois forte et fragile, elle
fait face à son destin. «Elle a fauté. Elle a commis l’irréparable.
Transgresser le commandement absolu : tu ne disposeras pas de ton corps.
Comme ils sont laids ces mots ! Comme ils sont lourds… Elle ne sera
jamais cette mariée au front virginal, molle idole d’un jour, docile et
silencieuse, que l’on mène au mâle le soir des noces, sous les youyous
fébriles de femmes excitées…» (P. 86 et 87). Nadia symbolise cette
Algérie meurtrie et trahie par tous ceux qui l’aiment. Un roman
captivant à lire absolument !
Sabrinal
Au commencement était la mer, Maïssa Bey, éditions Barzakh, 2012, 500 DA
,152 p.

Categorie(s): culture

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..