EN LIBRAIRIE: LA KAHÉNA DE SALIM BACHI: L’énigmatique demeure de Louis Bergagna

Lesoir; le Mardi 18 Decembre 2012
2

Publié en 2003 aux éditions Gallimard, La Kahéna, roman de Salim Bachi, s’offre un deuxième tour de piste aux éditions Barzakh.
Ce roman raconte l’histoire d’un colon maltais arrivé en Algérie en
1900. Louis Bergagna, c’est son nom, s’établit dans la ville de Cyrtha
et rachète toutes les terres fertiles appartenant à la tribu des Beni
Djer. Colon ambitieux, il accumule richesses et biens, sillonnant même
la Guyane et l’Amazonie brésilienne avant de revenir sur sa terre
d’accueil riche comme Crésus. Par la voix de Hamid Kaïm, journaliste et
fils de moudjahid, l’autre héros de cette histoire, le lecteur pénètre
dans l’antre de ce gros propriétaire terrien. Entre 1911 et 1915, Louis
Bergagna fait bâtir une belle demeure qu’il baptise «La Kahéna», comme
l’intrépide guerrière berbère La Kahéna. Etrange dénomination pour une
maison de colon, quand on pense que cette reine berbère survivait dans
les mémoires en raison de son acharnement à vaincre l’envahisseur…» (P.
15). Ce sublime palais mauresque avec patio, jardin et bassin n’était
ouvert que pour les intimes «…Les habitants de Cyrtha l’enviaient
pourtant, le craignaient aussi et n’avaient de cesse de lui rappeler ses
origines maltaises. Ils ne lui pardonnaient pas La Kahéna, qui était
pour eux l’insulte suprême, l’opulence dont ils ne pouvaient rêver et
qui leur était interdite. Très peu de citoyens obtenaient le droit de
pénétrer l’énigmatique villa…» (P. 243) Après avoir bâti sa maison, cet
insatiable colon fait main basse sur d’autres terres. Dans la foulée, il
se fait élire maire de Cyrtha, à grands coups de bakchich. En 1930, sa
jeune épouse Sophie le rejoint. Il a alors cinquante ans. Sa femme ne se
plaît guère dans cette maison, ni en Algérie d’ailleurs. De leur union
naîtra une fille prénommée Hélène. Le colon maltais s’entiche de l’une
de ses domestiques arabes. Une petite Ourida, fruit de cette passion
cachée, viendra au monde… Louis Bergagna connaîtra une mort violente. Il
sera assassiné en 1961. Son journal intime et son carnet de voyages,
retrouvés après sa disparition, aideront Hamid Kaïm à reconstituer le
puzzle de sa vie. Pendant plus d’un demi-siècle, se croiseront dans La
Kahéna plusieurs générations ayant vécu à des époques différentes : de
la période coloniale jusqu’à l’événement d’Octobre 1988 : Louis Bergagna,
Sophie, Hélène, Ourida, Ali Khan, Hamid Kaïm, Samira… La Kahéna n’a pas
livré tous ses secrets ! Né en 1971 en Algérie, Salim Bachi vit à Paris
depuis 1996. Il a signé plusieurs romans dont Le chien d’Ulysse (2001),
Amours et aventures de Sindbad le Marin (2010). Ce romancier a obtenu
plusieurs prix littéraires.
Sabrinal
La Kahena, de Salim Bachi, Editions Barzakh, 2011, 287 P.

Categorie(s): culture

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..