Entretien avec l’artiste peintre Valentina Ghanem Pavlovskaya: «L’art, c’est mon oxygène»

Lesoir; le Jeudi 4 Decembre 2014
2

Née en Ukraine au sein d’une famille d’artistes,
Valentina Ghanem Pavlovskaya vit et travaille en Algérie. Après le
diplôme de l'Ecole des beaux-arts de Grekov d'Odessa, Valentina
Pavlovskaya enseigne (1977-1980) le dessin d'art et la composition à
l'Ecole des beaux-arts que dirige son père. En 1981, elle arrive en
Algérie. Depuis 1986, elle compte à son actif une cinquantaine
d'expositions collectives et individuelles en Algérie et à l'étranger.
Elle a aussi réalisé les fresques de Bains Romains, de Zéralda et de
Raïs Hamidou. Dans le domaine de l'édition, elle a illustré les livres
de Malika Greffou Septième couleur, Ami pour la vie et L'anniversaire.
Valentina Ghanem est lauréate du Grand Prix de la peinture du
gouvernorat du Grand Alger (1999) et du concours international, organisé
par le Natural World Museum de San Fransisco (USA). Ses tableaux
figurent dans de nombreuses collections privées en Algérie et dans le
monde.
Le Soir d’Algérie : Votre nouvelle expo à la galerie Sirius est
intitulée «Reflets d’Alger». Pourquoi ?
Valentina Ghanem Pavlovskaya : L’exposition «Reflets d’Alger», c’est
surtout pour fêter la vie ! Fêter trente-trois ans de ma vie en Algérie.
C’est aussi pour rappeler qu’Alger est très belle, à ceux qui passent
sans s’éblouir, chaque jour. Par ailleurs, c’est dans les reflets qu’on
ne voit que le plus important !

On dit que le climat influe sur l'art et la littérature. Votre art
a-t-il changé après votre venue en Algérie ?
Le climat, certes, influe ! Nous réagissons sur tout ce qui nous
entoure. Le soleil est une énergie positive, qui donne envie de planer
et de se réjouir de la vie.

Peut-on parler de périodes, colorées ou autres, dans votre peinture ?
Avant mon arrivée à Alger, ma palette était froide. En Algérie, grâce au
climat et à la chaleur des gens qui m’entourent, il s’est produit un
changement radical.
Ma première exposition à Alger était en rouge ! Après, il y avait eu
toutes les nuances de couleurs, en passant par le noir.

Comment s’opère ce changement, est-il volontaire ou s’impose-t-il de
lui- même ?
Le changement peut être involontaire. Le changement volontaire est
parfois très douloureux. Mais c'est pour en sortir plus fort et avec des
nouveaux horizons.

Beaucoup de vos œuvres font référence à la musique. Pourquoi ?
La musique, c’est mon compagnon de toujours et surtout dans mon
atelier. La musique est un art des plus abstraits. Donc, elle peut
guider dans un sens, parfois, que je veux lui donner moi-même.

Il y a aussi la femme dans vos œuvres...
Pour moi, la femme représente le sens même de la vie.

Que représente l’art pour vous ?
L’art, c’est mon oxygène.

Des projets ?
J’ai énormément de projets ! Mais avant tout, je me concentre sur
mon travail !
Entretien réalisé par Kader B.

Categorie(s): culture

Auteur(s): Entretien réalisé par Kader B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..