EUROPE-MAGHREB: Les experts plaident pour une stratégie énergétique régionale

Lesoir; le Lundi 10 Decembre 2012
2

Les experts réunis, hier dans le cadre d’un colloque euro-méditerranéen, ont plaidé pour une stratégie énergétique régionale et pour le développement des énergies renouvelables. Ils évoquent, ainsi la nécessité de passer d’une relation d’import-export entre les pays de la région à un nouveau modèle énergétique régional.
F.-Zohra B. Alger (le Soir) - Les interventions ont été axées sur le fait que les politiques énergétiques mises en œuvre dans les pays du pourtour méditerranéen reflètent des stratégies individuelles «qui tiennent peu compte des choix pris par les pays voisins », précise le Dr Mourad Preure, président du cabinet Emergy, et expert à l’Institut de prospective euro-méditerranéen (IPEMED). Il explique ainsi que certaines données méritent une autre approche et citera de ce fait, les enjeux démographiques, économiques et environnementaux qui appellent à plus de concentration entre les pays méditerranéens et à la définition d’une véritable stratégie énergétique régionale. «Plusieurs éléments justifient, en effet de passer d’une relation d’importex-port entre les pays de la région, à un nouveau modèle énergétique régional», a déclaré Mourad Preure. Il précisera que la demande d’électricité dans les pays de la rive sud pourrait tripler d’ici 2030. De ce fait, d’importants investissements seront nécessaires pour générer de nouvelles capacités de production au sud, soit environ 200 GW selon l’expert. «Cela doit s’accompagner par l’acquisition d’un nouveau savoir-faire technologique, et l’impulsion d’une dynamique de développement scientifique et technologique dans les énergies renouvelables, englobant solidairement les entreprises de la rive nord et celle du sud de la méditerranée occidentale », a-t-il souligné. Comme il mettra aussi, en évidence le fait que cette forte intégration productive et non commerciale entre l’Algérie et la France, dans un premier temps, «aura pour conséquence de tenir à l’écart les concurrences prédatrices d’autres pays éloignés comme ceux de l’Asie». Pour sa part, Abdelmadjid Attar, ancien ministre et président du cabinet de consulting Petrochem et évoquant l’Algérie face aux défis énergétiques du troisième millénaire, dira que l’expérience européenne devrait être prise en compte pour ce qui est du développement des énergies renouvelables. «Seul le solaire pourrait être d’un apport appréciable et contribuer ainsi à une transition énergétique progressive et appréciable vers une substitution partielle aux énergies fossiles», déclare A. Attar. Il a rappelé que dans le cadre de l’énergie solaire principalement, un programme conséquent a été lancé en 2001 par le ministère de l’Energie et Mines et qui concernent la production de 22 000 MW à l’horizon 2030. Il s’agit de parvenir à ce que 40% des besoins en électricité soient couverts à partir du renouvelable.
F.-Z. B.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): F.-Z. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..