Evasion sociale : Le feu est dans la maison «Sécurité sociale»

Lesoir; le Mardi 1 Decembre 2015
2

Selon Noureddine Bouderba, expert en relations de
travail — dans une tribune publiée dans Liberté du 30 novembre 2015,
intitulée «Projet de loi de finances 2016/L’oligarchie contre la
société» —, «en 2013, 6 349 000 travailleurs occupés sur un total de 10
788 000 relevaient du secteur privé dont 3 millions de salariés et 3
millions 349 000 de non-salariés» (chiffres publiés en 2013 par l’ONS,
Office national des statistiques qui est un organisme gouvernemental).
La même source précise que «le nombre de travailleurs salariés non
déclarés à la Sécurité sociale était de 4 578 000», et «par statut,
trois salariés sur quatre (75,5%) du secteur formel n’étaient pas
affiliés contre deux indépendants sur trois (69%) pour le secteur
informel». Après analyse de ces chiffres, Noureddine Bouderba considère
que «c’est dans le secteur formel que la plus grande fraude est
enregistrée», car faut-il le rappeler l’affiliation à la Sécurité
sociale, tant pour les salariés que les non-salariés (professions
libérales, commerçants, artisans) est obligatoire au regard de la loi.
En se référant au salaire national moyen du secteur privé - évalué par
l’ONS en 2014 —, Noureddine Bouderba estime que «le montant de l'évasion
sociale (ndlr/le manque à gagner dû à la non-déclaration à la Sécurité
sociale) pour l'année 2014 est estimée ainsi à 650 milliards de dinars
soit pratiquement l'équivalent de la totalité des pensions de retraite
servies par la CNR et la Casnos cette année». Non seulement le préjudice
financier est énorme, mais cela montre aussi l’incapacité et/ou
l’incompétence des organismes de Sécurité sociale à collecter les
cotisations et la faillite de l’Inspection du travail à faire respecter
la législation sociale par les employeurs.
LSR

Categorie(s): le soir retraite

Auteur(s): LSR

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..