FLN : ABDELAZIZ BELKHADEM DÉNONCE OULD KABLIA: «Les circulaires de l’Intérieur vont contre la volonté populaire»

Lesoir; le Mardi 18 Decembre 2012
2

Abdelaziz Belkhadem en veut terriblement au ministre de l’Intérieur. Hier lundi, encore, le secrétaire général du Front de libération nationale s’en est longuement et vertement pris à Daho Ould Kablia qu’il accuse, sans le nommer, mais en des allusions très claires, d’avoir permis «le non-respect de la volonté populaire » et, plus particulièrement, d’avoir privé le FLN de régner sur plus de mille communes.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Devant les quarante-huit mouhafedhs et autant de candidats du parti aux élections sénatoriales du 29 décembre prochain, Belkhadem réservera toute son allocution au dernier double scrutin pour les locales. «Sur la base des chiffres officiels annoncés par le ministère de l’Intérieur, nous sommes arrivés en tête dans plus de mille communes et dans 43 Assemblées de wilaya», commencera par constater l’orateur. Et d’enchaîner, tout de suite après, par une première pique en direction de Ould Kablia. «Si on tenait vraiment à l’application de la loi, eh bien je note que nous sommes en infraction car il est clairement stipulé que toutes les assemblées devaient être installées au maximum 15 jours après les élections. Cela dit, notre culture de l’Etat nous dicte de ne pas parasiter le processus électoral en cours mais, en même temps, il est hors de question de permettre que l’on prive notre parti de ses droits.» Abdelaziz Belkhadem, qui a déjà envoyé des correspondances à Bouteflika, Ould Kablia et, à deux reprises, à Sellal dont la dernière jeudi dernier, particulièrement virulente, insistera lors de la rencontre de ce lundi sur les «dégâts» occasionnés sur son parti par les deux circulaires du ministre de l’Intérieur. «Que l’on s’entende bien : nous, nous n’avons pas dénoncé les dispositions de l’article 80 (article du nouveau code électoral qui régit les modalités d’élection des présidents d’APC et d’APW, Ndlr), mais l’interprétation qui en à été faite à travers les deux circulaires, notamment un paragraphe en particulier. C’est cette interprétation impartiale que nous dénonçons. Car la règle universelle, c’est celle de la majorité simple. En ce sens, celui qui a le plus de voix dans une élection est celui qui l’emporte.» Le numéro 2 du FLN, très amer, poursuit sa diatribe contre le ministre de l’Intérieur. «Même pour les cas de la majorité absolue, on nous sort une nouvelle interprétation et sans tenir compte du fait que les assemblées sont constituées de membres impairs ! Peut-on diviser une personne en deux ? Je vous cite un exemple : pour une assemblée constituée de 19 membres, c’est quoi la majorité absolue ? (…) D’abord, on nous dit que c’est 10. Puis on se rétracte et on nous dira que c’est 11. Cette interprétation imposée par la circulaire a fait que, naturellement, tout le monde fait alliance contre le plus fort, à savoir le FLN, pour le faire tomber au premier tour et, ensuite, pouvoir se présenter au deuxième tour. Cette lecture abusive qui a permis à tout le monde de se présenter est en porte-à-faux avec la volonté populaire. Et c’est pour cette raison que la direction du parti s’est élevée contre cette interprétation», conclura Belkhadem, confirmant à demi-mot ses protestations écrites adressées à Bouteflika et Sellal. Et il ne désespère pas d’arracher «quelque chose», à tel point qu’il a pris le plus grand soin de ne jamais donner le nombre, même approximatif, des communes gagnées par le FLN, alors qu’il ne trouve aucun inconvénient à dévoiler celui des APW acquises : 24 en attendant l’élection de la dernière assemblée, celle de Tlemcen.
K. A.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): K. A.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..