FLN : LE RAZ-DE-MARÉE N’A PAS EU LIEU: Un succès modéré pour l’ex-parti unique

Lesoir; le Samedi 1 Decembre 2012
2

Comme prévu, le Front de libération nationale gagne les élections locales du 29 novembre 2012. Mais ce qui l’est moins, ce sont les proportions «modérées» de ce succès : l’ex-parti unique arrive en tête en termes de voix et de sièges au double scrutin pour les Assemblées communales et de wilaya, mais l’on est très loin du raz-de-marée annoncé avant les élections par Abdelaziz Belkhadem.
Kamel Amarni - Alger (Le soir) - Le FLN a effectivement réussi à obtenir la majorité absolue, et donc à gagner définitivement le contrôle de 159 APC. Il a la majorité relative dans 332 APC et, dans 170 autres, il arrive en tête mais avec d’autres formations politiques. Cumulées, ces trois configurations font que le parti majoritaire peut prétendre à prendre la présidence de 661 communes, dans le meilleur des cas. Lors d’une conférence de presse qu’il avait animée hier en fin de journée, le secrétaire général du parti, Abdelaziz Belkhadem, tire vers le haut, un brin optimiste, ce chiffre en y ajoutant les cas de 323 communes où le FLN est également en tête mais avec plusieurs autres listes concurrentes en même temps. «Tout cela nous donne donc la possibilité de prétendre à gagner dans un millier de communes.» Cela, histoire d’honorer son engagement de campagne où il misait sur mille communes. S’agissant des Assemblées populaires de wilaya, le FLN a réussi à prendre du premier coup, à savoir obtenir la majorité absolue dans deux wilayas : Alger et Sidi-Bel-Abbès. Dans 37 autres APW, il a la majorité relative tandis que dans quatre autres, il est toujours premier mais avec d’autres partis. En l’état actuel des choses, et au sortir des deux scrutins et au regard des résultats préliminaires, le parti est tenu de contracter des alliances, ce qui nécessite des concessions, par ailleurs. «Nous allons trancher sur les alliances à faire, lors de la réunion du Bureau politique que nous tiendrons demain (aujourd’hui samedi, Ndlr», dira Belkhadem qui précisera, toutefois, que «s’agissant des alliances pour les élections des présidents d’APC, je proposerai personnellement à la direction politique de laisser le choix à l’appréciation des élus locaux eux-mêmes». De même qu’il révélera que, «déjà, hier soir et au cours de la journée de ce vendredi, des élus indépendants ou émanant d’autres partis ont émis le souhait de rejoindre le FLN. Cette question aussi sera tranchée par le Bureau politique». Se sachant «attendu au tournant» comme il le reconnaîtra lui-même, Belkhadem préfère parler d’un «large succès». Un «large succès qui vient consolider le rang de première force politique du pays après notre victoire du 10 mais 2012. Désormais, nous sommes majoritaires à l’Assemblée populaire nationale, au Assemblées de wilaya et au niveau des communes. Ce qui est en soi une énorme responsabilité». Prochaine étape, cela étant, la prochaine présidentielle. «Une élection que nous allons préparer bien sûr, comme tous les autres partis», répondra Belkhadem à une question à ce propos. Mais la suite du propos révélera un changement spectaculaire dans le discours. «Est-ce que je serai candidat ? J’ai déjà répondu des centaines de fois à cette question mais je vais le répéter quand même. Le président de la République est le président du FLN. Donc, pour nous, les choses sont claires : si le président décide de se présenter pour un quatrième mandat, l’affaire est réglée. Le président de la République, s’il le veut, se portera candidat et nous serons tous derrière lui. S’il décide de ne pas le faire, à ce moment-là, c’est le comité central qui est habilité à statuer sur ce genre de question. » Il y a de cela quelques mois, Abdelaziz Belkhadem ne cachait même plus ses ambitions présidentielles. Manifestement, les choses ont nettement évolué en haut lieu...
K. A.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): K. A.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..