FODIL SI LAKHDAR: L'homme qui a reçu Che Guevara à Tlemcen

Lesoir; le Jeudi 20 Decembre 2012
2

Un jour ou l’autre,
l’histoire révélera au grand jour les noms de ces patriotes de l’ombre
qui furent au rendez-vous de Novembre 54. Ils sont nombreux ceux qui
sont tombés au champ d’honneur les armes à la main. Les jeunes d’El
Medress, d’El Kalaâ, de Boudghene, de la rue de Paris ont sacrifié leurs
20 ans en rejoignant les réseaux des Fidaine à Tlemcen. D’autres ont
survécu et ont continué à servir le pays après l’indépendance jusqu’au
dernier souffle de leur vie. Ces patriotes de l’ombre dont personne
n’évoque le souvenir, ni le sacrifice, méritent bien une pensée. Fodil
Si Lakhdar, un enfant de la Medina tlemcénienne, s’est éteint à Alger,
le 2 octobre dernier loin de sa ville natale, il fut l’un de ces
brillants étudiants qui ont pu s’imposer dans l’administration
coloniale. Il avait pour mission d’infiltrer cette administration pour
servir la cause nationale. Il fallait un certain courage et un
savoir-faire pour accomplir une telle mission. Fodil Si Lakhdar était
d’une élégance qui l’aida à passer inaperçu, il était ce fonctionnaire
intelligent qui connaissait tous les services et les rouages de la
préfecture de Tlemcen. Il commença à confectionner des faux documents
administratifs et des cartes d’identité pour les personnes recherchées
par les services de sécurité français. Ainsi, par ce stratagème discret,
beaucoup d’Algériens ont pu rejoindre le Maroc par les frontières de «Zoudj
B’ghel», mais le jeune Fodil ne se contentait pas de délivrer de faux
papiers aux maquisards, après les heures de travail, il retrouvait son
demi-frère dans un lieu secret pour la confection des bombes
artisanales... Il avait aussi un profond respect pour la culture et il
veillait à ce que ces bombes ne fassent pas de dégâts sur les monuments
historiques de la ville. Au lendemain de l’indépendance, il a été chargé
d’une délicate mission : accueillir Ferhat Abbas qui venait de rejoindre
le Gouvernement provisoire. Il fut ensuite le premier chef de cabinet de
la préfecture de Tlemcen. Et le moment qui l’a marqué le plus, c’est
lorsqu’il a été chargé par le gouvernement algérien de présider la
cérémonie de la remise des clés du palais du Mechouar par les autorités
françaises. Le drapeau algérien était hissé pour la première fois sur
cet édifice historique, après l’ultime parade d’une unité de l’armée
française chargée de récupérer le drapeau tricolore. Si Lakhdar a eu
l’honneur de recevoir à Tlemcen le grand révolutionnaire Ernesto Che
Guevara. Vers le milieu des années 60, il quitta définitivement la scène
politique pour rejoindre la capitale. Il fut nommé inspecteur général
chargé des relations extérieures au sein de la compagnie française Air
France. Après son exil parisien, il rentre en Algérie en 1980 pour
intégrer Air Algérie et c'est en partie grâce à lui que Tlemcen dispose
aujourd’hui d’un aéroport international. Ce patriote de l’ombre et
serviteur de la nation est de retour à Tlemcen pour rejoindre les siens
au cimetière de Sid Ahmed Senouci ; c’est désormais là qu’il repose, à
côté de nombreux martyrs de la ville de Sidi Boumediene. La population
de Tlemcen lui a rendu un vibrant hommage. Le descendant de Sidi Lakhdar
Benkhelouf peut reposer en paix, il a accompli sa mission. Nous ne te
disons pas adieu Fodil ! Tu es encore parmi nous !
Ahmed T.

Categorie(s): voxpopuli

Auteur(s): Ahmed T.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..