GRÈVE DES PRATICIENS DE LA SANTÉ PUBLIQUE: Largement suivie, estime le SNPSP

Lesoir; le Mercredi 19 Decembre 2012
2

La grève d’une journée des praticiens de la santé publique a été largement suivie, selon le Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), auteur de l’appel à ce débrayage.
M. Kebci-Alger (Le Soir) - Selon le secrétaire général du SNPSP, ce mouvement de grève a été largement suivi puisque le taux national approchait à la mi-journée, les 74%. Un seuil qu’il jugera acceptable, se réjouissant de l’écho qu’a rencontré ce mot d’ordre, notamment dans la capitale où, pour la première fois, le taux a atteint les 71% avec, précisera Naoufel Chibane, près d’une vingtaine d’établissements de santé complètement paralysés. Et pas que dans la capitale, puisque notre interlocuteur citera le pic enregistré à Mila, à l’est du pays, 80% à Setif et autant à Blida, au centre du pays. Ce débrayage, limité à une journée se veut, selon le responsable du SNPSP, comme une riposte au silence de la tutelle à l’endroit de leurs revendications et surtout comme un avertissement, l’ultime, avant que les choses sérieuses ne commencent au tout début de la nouvelle année. A noter que la tutelle a tenté de faire avorter cette grève en conviant le SNPSP, dimanche dernier, à une rencontre qui se voulait de conciliation. Mais il n’en fut rien puisque le Syndicat des praticiens de la santé publique qualifie cette entrevue d’infructueuse pour n’avoir pas consacré, selon ses responsables, la prise en charge de l’essentiel des revendications socioprofessionnelles de la corporation. Le syndicat, déterminé à faire aboutir cette plateforme de revendications qui attend depuis deux ans, maintient, pour ce faire, son conseil national en session ouverte depuis le 6 du mois en cours. Des revendications dont l’amendement du décret exécutif 09-393 du 24 novembre 2009 portant statut particulier, notamment son article 19, dont il est revendiqué l’application immédiate. Aussi, le SNPSP compte ester en justice le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière à l’effet, dira encore notre interlocuteur, «de faire respecter justement ce statut particulier, notamment ses articles 19 et 27». Deux articles portant sur la gestion de carrière des praticiens de la santé publique ; l'article 19 permettant, en effet, de passer automatiquement au grade 2 après 10 ans d'expérience. Les praticiens de la santé publique plaident, également, pour l'amélioration des conditions de travail au vu, estiment-ils, de la dégradation de la sécurité dans les enceintes hospitalières. Une insécurité qui, si elle venait à persister, quand on sait que 70% du personnel est féminin, dicterait inévitablement l’arrêt du travail, notamment en ce qui concerne les gardes de nuit, avertissent-ils.
M. K.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): M. K.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..