Industrie automobile: Vers la production de véhicules chinois en Algérie

Lesoir; le Dimanche 10 Novembre 2013
2

Des véhicules chinois de marque FAW (First Automotive
Works) seront produits en Algérie.
Chérif Bennaceur - Alger (Le Soir)
Un protocole d’accord pour la construction d’une usine d’assemblage et
de montage de véhicules en Algérie, dans le cadre d’une joint-venture
(51/49), a été signé hier entre la holding Arcofina et le constructeur
étatique chinois.
Devant être opérationnelle d’ici plusieurs mois, dès le choix du terrain
fait et les autorisations administratives requises obtenues, cette usine
devrait produire les prochaines générations des gammes de véhicules
particuliers et professionnels FAW. D’une capacité de 10 000 unités par
an, cette usine devrait passer à 30 000 unités ultérieurement, avec un
taux d’intégration attendu de l’ordre de 40 à 50%.
Un projet estimé à 5 milliards de dinars en première phase et qui
devrait permettre la création d’un millier de postes d’emploi au
minimum, ainsi que le développement de la sous-traitance.
Objectif de ce partenariat inédit entre une entreprise étatique
étrangère et un opérateur privé algérien, comme explicité par le P-dg de
la holding Arcofina, Abdelwahab Rahim, et le président du conseil
d’administration de la FAW Africa Investment Co, ltd (FAWAIC), Wang
Zhijian, booster l’industrie automobile en Algérie, satisfaire une
demande domestique exigeante en matière de bonne qualité, performances
et accessibilité de prix, et consolider la part de marché des
automobiles chinoises dans notre pays. Comme il s’agira de développer l’exportabilité
des véhicules FAW vers les marchés voisins, maghrébins, africains et
européens.
Notons que la FAWAIC, étant une joint-venture établie entre le groupe
Faw et le Fonds de développement sino-africain (doté de 5 milliards de
dollars et qui finance une soixantaine de projets en Afrique), devrait
financer sa part à partir de ce fonds.
Notons également que la concrétisation de ce partenariat algéro-chinois
s’inscrit dans le cadre du processus de développement industriel
automobile, le lancement du projet Renault ne constituant pas une
contrainte pour ce partenariat algéro-chinois, laisse entendre le P-dg
de Arcofina qui a déclaré ne pas être au courant d’une quelconque
«exclusivité» détenue par un constructeur et estimé que «l’Algérie est
un pays respectable».
La signature de ce protocole, marquée par la présence de plusieurs
dirigeants membres de la Coordination algérienne du patronat (CAP), le
secrétaire général de l’UGTA et le président de la Commission
d’organisation et de supervision des opérations de Bourse (Cosob), a
coïncidé avec l’inauguration du nouveau showroom Faw-Medina Motors,
relevant de la holding Arcofina, et où quatre modèles phares de
véhicules particuliers, de la gamme Xiali et Vita (la berline populaire
N5, la petite citadine V2, le mini SUV N7 et la berline urbaine V5) ont
été présentés.
Créée en 1953, Faw est une entreprise étatique chinoise, spécialisée
dans la construction automobile (fabrication de tous les segments de
véhicules dont des camions, des voitures, des berlines, des bus et des
mini-véhicules).
Employant 130 000 travailleurs dans le monde, FAW qui a créé des
joint-ventures avec Volkswagen, Audi, Toyota et Mazda, vend ses produits
dans 70 pays. Valorisée à hauteur de 15,5 milliards de dollars, FAW a
réalisé en 2012 un chiffre d’affaires de près de 62 milliards de dollars
et vendu plus de 2,6 millions d’unités.
C. B.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): C. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..