Intellectuels et Techniciens du savoir

Lesoir; le Lundi 10 Decembre 2012
2

Comment éviter d’avoir un lexique inadéquat, de prendre des positions rapides sur un évènement qui a déjà été planifié, d’être soumis à une fausse réalité qui nous est imposée par la farce médiatique, comment éviter de tomber dans l’amalgame ? Pour faire face à cette situation, il convient de redéfinir les concepts, les notions, faute de quoi il ne saurait y avoir une vision claire, précise des choses. La solution consiste donc dans la recherche d’un regard objectif, d’abord et avant tout. Aujourd’hui, nous assistons à un phénomène qui ne cesse de gagner du terrain : beaucoup de gens se présentent comme des intellectuels, des Sartre, des Marx, des Nietzsche... Voilà déjà quelques années que nous cherchons à définir le sens de «l’intellectuel » sans tomber sur une définition zémouristique, car il s’agit vraiment d’une tâche complexe. Dans nos chemins, on peut croiser des jetables et des notables, plutôt des routiers que des rentiers, et surtout, selon la formule de Pierre Bourdieu, des milliers de Zola qui lancent des «J’accuse» sans avoir écrit le Germinal. Dans le prolongement de la réflexion due à Noam Chomsky, nous proposons un classement en deux catégories : d’un côté, les Intellectuels, de l’autre les Techniciens du Savoir. Les intellectuels sont ceux-là qui ont subi, plus ou moins fortement, des violences cachées sous une subjectivité médiatique, des intimidations, mais qui gardent souvent un œil ouvert, vigilant, un regard critique sur le monde. Ils sont les rares à affronter, les mains nues, la mainmise des décideurs, la censure et la chape de plomb. Ils parviennent ainsi à contribuer à donner espoir, à crier haut et fort, assumer leurs positions en faveur de la désaliénation. Les techniciens du savoir, par contre, sont ces diplômés, médecins, animateurs, hommes politiques… qui contribuent à ne rien changer, qui occupent souvent les premiers rangs des émissions télé, et qui arrivent à toute occasion comme donneurs de leçons, la plupart d’entre eux ayant déjà choisi les maîtres, les tout-puissants. Ils sont du côté du système, de l’aliénation, qui leur inculquent une vision du monde mensongère, qui fait d’eux, non pas des citoyens, mais des sujets, des gardiens du temple. Aujourd’hui, il importe donc de faire le tri entre tout ce qu’on nous vend, tout ce qu'on cherche à nous faire croire, et surtout de ne pas être sous le parapluie idéologique des dominants.
Mounir Bessaoudi -Takerboust

Categorie(s): voxpopuli

Auteur(s): Mounir Bessaoudi -Takerboust

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..