KHATRY EDDOUH, CHEF DE LA DÉLÉGATION DES NÉGOCIATEURS SAHAROUIS : : «Notre démarche répond parfaitement au cadre défini par l’ONU»

Lesoir; le Lundi 3 Decembre 2012
2

Le chef
de la délégation des négociateurs sahraouis a annoncé, hier, la pleine
disponibilité du Front Polisario à poursuivre le processus de
négociations avec le Maroc sous l’auspice de l’Organisation des Nations
Unies. Khatry Eddouh, qui préside également le Parlement de la RASD, a
appelé la communauté internationale à une prise de conscience urgente
afin de lever le statu quo qui pèse sur le dossier du Sahara Occidental.
Le Front Polisario s’engage à poursuivre le processus de négociations
avec le Maroc dans le cadre des modalités qui seront prochainement
définies par l’Organisation des Nations Unies. Khatry Eddouh, chef de la
délégation des négociateurs sahraouis et président de l’Assemblée de la
République arabe sahraouie démocratique, a réitéré, hier, cet
engagement. «Nous avons tenu, depuis 2007, quatre rounds de négociations
officiels et 9 autres informels. Ce processus, qui s’est déroulé sous
les auspices de l’ONU, a pris fin au terme de la visite de Christopher
Ross dans la région et la présentation d’un rapport devant le Conseil de
sécurité. L’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU estime qu’il
est nécessaire d’aller vers un nouveau cadre de négociation. Cette
nouvelle approche n’a pas encore été définie, nous savons juste qu’il
donnera la priorité à des négociations directes avec une implication
effective de pays influents. Nous sommes pour la poursuite de ce
processus mais il est important de rappeler qu’aucune solution juste et
définitive de ce conflit ne saurait se réaliser en dehors de la volonté
du peuple sahraoui», a indiqué Khatry Eddouh au cours d’une conférence
animée au siège du Centre d’information sahraoui à Alger. Selon lui, les
actions politiques et diplomatiques menées par le Front Polisario depuis
le début du conflit «répondent parfaitement au cadre défini par l’ONU».
«Toutes nos propositions de sorties de crise sont en adéquation avec les
résolutions pertinentes des Nations Unies», a-t-il également assuré en
rappelant, notamment, la proposition de règlement du conflit proposée
par la RASD.
Les réalités de Ross
Evoquant la teneur du rapport présenté par Christopher Ross, le 28
novembre, devant le Conseil de sécurité, le négociateur en chef a dit
avoir relevé une série de points qui conforte la position politique du
Front Polisario. «Nous étudions actuellement le rapport de l’ambassadeur
Ross. Mais dès la première lecture, nous avons constaté qu’il évoque
clairement la répression qui sévit dans les territoires occupés par le
Maroc. L’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU fait état des
manifestations qui ont eu lieu avant, pendant et après sa visite,
manifestations que les forces d’occupation marocaines ont gérées par la
violence. Il évoque également les slogans scandés par les populations
sahraouies qui faisaient clairement référence à l’autodétermination et à
l’indépendance du Sahara Occidental. La question de la révision du
statut et des prérogatives de la Minurso (Mission des Nations Unies pour
l’organisation d’un référendum au Sahara Occidental). C’est encore une
de nos principales revendication pour assurer la protection des
Sahraouis qui vivent dans les territoires sous occupation du Maroc.»
Il faut aider le Maroc
Le président de l’Assemblée sahraouie a estimé que la communauté
internationale peut encore jouer un rôle important dans le règlement du
conflit du Sahara Occidental. «Il faut qu’il y ait une prise de
conscience sérieuse et urgente de la part de la communauté
internationale. L’engagement de certains pays, notamment la France et
l’Espagne, s’avérera crucial à l’avenir.» Khatry Eddouh a également
lancé un appel aux «Etats influents» afin qu’ils aident le Maroc à
«changer de stratégie». «Voilà quatre décennies que le Maroc n’a connu
aucun développement socioéconomique à cause de l’effort de guerre. Le
conflit du Sahara Occidental pèse sur l’économie, la société et
l’ensemble de la classe politique. Il est temps que le Maroc change de
stratégie. Certains pays influents doivent l’aider à changer.»
Tarek Hafid

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Tarek Hafid

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..