L’association tire la sonnette d’alarme: Iqraâ dénonce une absence de coordination sur le terrain

Lesoir; le Dimanche 10 Novembre 2013
2

Iqraâ tire la sonnette d’alarme et attire l’attention
sur ses actions sur le terrain qui sont, selon Mme Berki présidente de
l’association, entravées par une absence de coordination avec l’Office
national d'alphabétisation. Ce dernier étant sous tutelle du ministère
de l’Education nationale.
F.-Zohra B. - Alger (Le Soir)
Rien ne va plus entre l’Association algérienne d’alphabétisation Iqraâ
et l’Office d'alphabétisation. Mme Aïcha Berki a appelé, hier, le
ministre de l’Education à se pencher sur la question. «Le ministre doit
faire l’évaluation de la situation avec nous. Nous devons être un
partenaire à part entière de la stratégie nationale de lutte contre
l’analphabétisme. Le budget alloué est important mais au niveau des
wilayas du pays, nous continuons d’être entravés dans nos actions par le
manque de personnels alors que des personnes sont payées et n’enseignent
pas», a déclaré Mme Berki. Elle précisera que le budget alloué à la
stratégie nationale lancée en 2007 et s’étalant jusqu’à 2015, est estimé
à 53 milliards de dinars. Pour Mme Berki, c’est l’association Iqraâ qui
doit recruter les enseignants en assurant qu’ils soient de préférence
des bénévoles qui recevront un salaire symbolique en vue d’éviter les
cas de dépassement. «Le payement de ces enseignants doit se faire sous
contrôle pour éviter qu’ils ne reçoivent leurs salaires sans prodiguer
pour autant les cours», souligne l’intervenante, notant qu’actuellement
l’association vit des difficultés au niveau des wilayas du fait de
l’absence de coordination avec l’Office national.
La venue d’un nouveau directeur à la tête de l’Office ne semble pas pour
autant rassurer les membres de l’Association, du fait que «la situation
reste en l’état», ont-ils déclaré, notant que l’Office doit seulement
avoir un rôle de coordination. La présidente de l’association Iqraâ dira
qu’un message sera transmis au président de la République pour que
soient prises en charge les difficultés dans lesquelles se débat
l’Association sur le terrain. Mme Berki a assuré, que si l’association
devait se résigner à activer sans la collaboration de l’Office, «elle le
ferait dans le but d’être efficace pour ce qui est des actions en
direction des personnes analphabètes.» Elle dira, par ailleurs, que le
taux d’analphabétisme est estimé à 18,1% avec comme objectif d’arriver à
un taux de 11 à 10 % à l’horizon 2015.
F.-Z. B.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): F.-Z. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..