L’ENTRETIEN DE LA SEMAINE: LE RESPONSABLE DE LA DIRECTION DE LA CLIENTÈLE DE LA SNTF AU SOIR MAGAZINE: Ces actes d’incivilité occasionnent des pertes considérables à l’entreprise

Lesoir; le Samedi 8 Decembre 2012
2

Entretien réalisé par Sarah Raymouche
Dans cet entretien, notre interlocuteur reviendra sur les
comportements inciviques des usagers des trains, dont la resquille est
légion. Il évoquera aussi les conséquences économiques engendrées par de
tels actes sur l’entreprise.Soir magazine : Quel est le profil type des resquilleurs ?
Sont-ils des étudiants, des chômeurs ou bien des retraités ?
DCS : Les trois types de resquilleurs suscités parmi tant d’autres,
font bien partie des voyageurs en situation irrégulière, appréhendés
journellement par les agents de contrôle de la SNTF.
Y a-t-il une tranche d’âge plus dominante auprès des resquilleurs ?

Dans la plupart des cas, il s’agit de jeunes.
Quelles sont les pratiques des resquilleurs ?
Au niveau des gares : certains voyageurs en situation irrégulière
s’introduisent sur les quais via les passages clandestins et/ou des
brèches au niveau des murs des gares (qui même après réparation
subissent des réouvertures). A bord des trains : intercirculations des
voyageurs en situation irrégulière d’une voiture à autre pour fuir et
éviter de rencontrer un contrôleur.
A combien estimez-vous les pertes engendrées par les resquilleurs ?

Cette perte susceptible de conforter plus le chiffre d’affaires
réalisé actuellement dépend des jours, du type de train (grande ligne,
régional ou de banlieue) ainsi que des gares qu’elles soient isolées ou
fréquentées par les voyageurs.
Quelles sont les mesures prises pour endiguer ce phénomène ?
Mesures éradicatrices :
- planning des opérations de contrôle à bord des trains et aux accès des
gares d’une façon inopinée et aléatoire ;
- opter pour un système de contrôle par brigades mobiles au niveau des
quais en associant des brigades de la gendarmerie et /ou de la sûreté
nationale.
Mesures incitatrices :
- des actions commerciales visant le paiement a priori et la
fidélisation de sa clientèle en accordant des réductions sur les prix
des billets sont affichées et reprises ci-après :
- Billet aller-retour (plus de 200 km) : 15% et valable 2 mois
- Carte jeune : 20%
- Carte 3e âge (femme 55 homme 60 ans) : 20%
- Voyage en groupe ordinaire : 30%
- Cartes d’abonnement ordinaire : 35%
- Tarifs enfants de 4 à 10 ans : 50%
- Carte donnant droits à la délivrance de billet à demi-tarif : 50%
- Une autre formule de réduction spéciale la banlieue algéroise qui
connaît une grande affluence de voyageurs, notamment durant les heures
de pointe, sera lancée incessamment.
- Un extrait de la loi n° 90-35 du 25 décembre 1990, relative à la
police, la sûreté, la sécurité, l’usage et la conservation dans
l’exploitation des transports ferroviaires, rappelant les obligations
des voyageurs est affiché dans les trains et gares.
Que risquent les voyageurs en situation irrégulière ?
L’article 33 de la loi n° 90-35 du 25 décembre 1990, relative à la
police, la sûreté, la sécurité, l’usage et la conservation dans
l’exploitation des transports ferroviaires interdit aux voyageurs :
- d’entrer dans les voitures sans être muni d’un titre de transport,
lorsque la perception du prix du billet s’effectue dans les gares,
stations ou haltes ;
- de prendre place dans une voiture de classe supérieure à celle à
laquelle le titre de transport donne droit ;
- d’effectuer un parcours supérieur à celui que comporte le titre de
transport, sans avoir préalablement payé le supplément ;
- d’acquérir ou de revendre au-dessus des tarifs des titres de
transport.
L’article 15 du recueil général des tarifs de transport voyageurs et
bagages (RGTTVB) de la SNTF stipule ce qui suit :
- est considéré comme étant en situation irrégulière :
- le voyageur qui a pris place dans le train sans titre de transport ;
- le voyageur qui a pris place dans le train sans titre de transport
valable ;
- le voyageur qui, sans avoir prévenu au préalable, voyage dans une
classe supérieure à celle indiquée sur son titre de transport.
Lorsqu’il n’y a pas tentative de fraude, le voyageur peut se libérer de
toute poursuite judiciaire par le versement entre les mains de l’agent
habilité à bord du train, d’une indemnité forfaitaire et du montant de
l’insuffisance de perception due.
Montants des différentes Indemnités forfaitaires :
- dans un train de grande ligne : 200 DA
- dans un train régional : 150DA
- dans un train de banlieue : 100 DA
- A l’arrivée du train à la gare : 200 DA
Le voyageur qui ne règle pas immédiatement dans le train est remis entre
les mains du chef de service de la gare, lequel relèvera les
renseignements d’identité
utiles en vue d’engager des poursuites judiciaires. Dans ce cas, le
contrevenant est redevable envers le réseau du prix de sa place majoré
du double du montant de l’indemnité forfaitaire. Après deux
avertissements, et si le contrevenant n’a toujours pas régler ses
redevances, des poursuites judiciaires seront engagées et de ce fait,
les dispositions ci-après seront prises :
Article 367 du code pénal stipule : les contraventions seront punies
d’une amande et l’emprisonnement de six mois à un an.

Categorie(s): soirmagazine

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..