L’ÉVASION SPECTACULAIRE DE MOHAMED BOUDIA: Souvenirs...

Lesoir; le Lundi 17 Decembre 2012
2

Dans le cadre du cinquantenaire de l'indépendance, l'œuvre L’évasion spectaculaire de Mohamed Boudia vient d'être présentée par son auteur au niveau de la bibliothèque de la wilaya de Chlef.
La fiction historique est inspirée de faits réels qui se sont produits pendant la Révolution. Pour bien saisir la trame de l'histoire, le conférencier nous invite à suivre le parcours de Mohamed. Dès l'école primaire, notre héros va découvrir le premier symbole de l'apartheid représenté par un grillage séparant la cour de récréation entre indigènes et fils de colons. Pour une futilité, Mohamed est exclu du système éducatif, il intègre alors une autre école, celle du scoutisme qui va renforcer son esprit patriotique et participer à sa formation de futur moudjahid. Il va faire preuve d'esprit d'initiative et se montrer entièrement acquis à la cause. En effet, il réussit un concours d'entrée au greffe du tribunal de Chlef où il va s'illustrer en organisant avec «les frères» le vol de toutes les armes entreposées comme pièces à conviction qui iront par la suite renforcer l'arsenal du FLN. Cheikh El Mehdi, responsable politico-militaire, va remarquer son efficacité et va l'intégrer dans le commando de la Bocca Sahnoun. Des actions audacieuses (attaques de militaires français, élimination de traîtres) vont finir par le perdre. Il va être arrêté en 1957 et emprisonné au redoutable pénitencier 7 Hectares d'Orléansville (actuelle Chlef). Ce statut de détenu le dérange et se révèle incompatible avec son envie d'être sur le terrain des opérations pour en découdre avec l'ennemi. Et c'est là que va germer dans son esprit l'idée d'organiser une évasion avec ses camarades. Il va entreprendre le creusement d'un premier tunnel de 50 m qui va déboucher sur l'oued Cheliff. Les instruments de travail seront des cuillères aiguisées. La terre enlevée sera déversée sur le terrain de foot grâce à un procédé astucieux : elle ne quittera la poche du joueur que lorsqu'il se mettra à courir. Ceci pour ne pas éveiller les soupçons des gardiens. L'aire de jeux va s'avérer insuffisante pour contenir toute cette matière, un autre moyen doit être trouvé pour son élimination, et c'est la cuve des toilettes qui fera l'affaire : c'est l'échec. Les fuyards seront cueillis à la sortie du tunnel par les automitrailleuses des soldats de l'armée française. Les prisonniers qui rebroussent chemin seront attendus par les gardiens qui vont les «passer à tabac». Mohamed ne va pas abdiquer pour autant. Il va initier le creusement d'un second tunnel de 80 m. Un second échec dont la raison est la présence d'une taupe au sein de l'équipe. Pour éviter cet écueil, la 3e tentative se fera sans préparation. Mohamed remarque que le médecin qui vient faire la visite gare sa voiture dans la cour. Alors, il va ordonner à un ami de confiance de provoquer une grande bagarre à l'autre extrémité de la cour, ce qui aura pour effet de détourner l'attention des gardiens. Ainsi, Mohamed et son ami Hamid vont s'engouffrer dans la malle. Le praticien, à la fin de son service, quitte la prison emportant avec lui, dans son véhicule, les deux détenus. C'est l'évasion spectaculaire. Grâce à cette œuvre, Mohamed Boudia a le mérite d'apporter sa contribution à l'écriture de l'histoire de notre glorieuse Révolution. Il est regrettable de constater, dans ce registre, qu'il existe très peu de documents sur les événements douloureux qui ont secoué la région de Chlef. A part les mémoires du capitaine Si Mourad, c'est le vide sidéral. Aucun écrit n'existe sur les grandes figures qui ont organisé, en accord avec Larbi Ben M’hidi, le déclenchement de la révolution, à l'instar de Abdelkader Benahmed Saïdi, Cheikh El Mehdi, Boudali El Farissi. Rien n'a été écrit sur la présence dans cette région d'Henri Maillot et Maurice Laban dont la sépulture se trouve encore à Chlef. L'organisation des anciens moudjahidine peut s'impliquer en finançant l'édition d'ouvrages ayant trait à la guerre de Libération nationale.
Medjdoub Ali

Categorie(s): culture

Auteur(s): Medjdoub Ali

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..