Le 1er Congrès de l’Onec clôt ses travaux sur une note d’optimisme

Lesoir; le Jeudi 13 Decembre 2012
2

Ouvert ce mardi 11 décembre au Sheraton Club-des-Pins à Alger, le 1er Congrès de l’Ordre national des experts-comptables algériens a clos hier après-midi ses travaux. Cette réunion est une première, soulignent les organisateurs.
La satisfaction est de mise quant au nombre et surtout à la haute
tenue des communications faites par des invités de renom, patrons de
banque, chefs d’entreprises publiques et privées sans omettre les «vieux
de la vieille» du domaine comptable. Bien sûr, au centre de ces deux
journées, il a été beaucoup question de l’apport de l’expert-comptable
dans l’accompagnement de l’entreprise dans sa dynamique d’évolution,
être un trait d’union avec le monde extérieur. Les orateurs ont beaucoup
insisté sur la qualité des rapports à mettre en place entre les deux
intervenants, l’un ayant besoin de l’autre. Il ressort que c’est à un
vrai travail pédagogique auquel se sont livrés les différents
intervenants dans le but, visiblement, de préciser le rôle de
l’expert-comptable pour donner plus de visibilité à cette fonction, sa
mise à niveau par rapport aux textes du 20 juin 2010. Et c’est parce que
les nouveaux textes introduisent des règles de fonctionnement
modernisées à telle enseigne que l’on parle volontiers d’un rôle de
maître d’œuvre ou carrément de «coach» à l’endroit du chef d’entreprise.
L’idée maîtresse de ces deux journées de débats est qu’il faut sortir
des missions classiques de l’expertise-comptable pour un plus large
panel d’interventions. Les conseilleurs sont-ils alors de bons payeurs ?
Le secret de la réussite des ambitions d’une profession revue et
corrigée serait bien évidemment dans la bonne entente avec le patron
d’entreprise, le sensibiliser quant au bénéfice qu’il peut tirer dans
une bonne collaboration avec son expert et conseiller. C’est au
président Akli Toudert, à qui est revenue la tâche de clôturer ce
premier congrès de l’Onec et donner rendez-vous à l’assistance pour les
2e assises des experts-comptables le 4 mai 2013 à Oran sur le thème :
«L’audit et les nouvelles technologies ». Notons, par ailleurs, que
experts marocains et tunisiens étaient conviés à ce congrès ainsi qu’une
experte française qui n’a pu rallier cette réunion faute de validité de
son passeport et donc d’obtention du visa. Enfin, il est à noter
l’initiative de Arezki Mahiout qui a proposé, à titre gracieux, un
logiciel de contrôle de la qualité utilisé actuellement en France.
Brahim Taouchichet

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Brahim Taouchichet

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..