LE BONJOUR DU «SOIR»: N’est pas révolutionnaire qui veut !

Lesoir; le Samedi 1 Decembre 2012
2

Par Maamar Farah
Alors que les explosions, les assassinats et les luttes tribales
continuent d'ensanglanter la Libye, sa voisine, la Tunisie, est en proie
à une violence inouïe. En Égypte, la rue bouillonne... Ces
pseudo-révolutions n'ont pas enfanté le «printemps» arabe tant attendu !
Au moins pour deux raisons. Primo, c'était un non-sens que de voir des
«révolutions» soutenues par l'impérialisme. Secundo, une vraie
révolution ne peut être menée par les courants intégristes, incapables
d'apporter un changement radical de l'ordre socioéconomique et de
répondre aux besoins de justice, d'égalité et de progrès. La révolution
est autrement plus sérieuse qu'un chat sur Facebook et autrement plus
profonde qu'un mouvement de protestation contre une policière trop
autoritaire... Menée par les plus démunis et les plus exploités, elle
doit répondre à leur attente et non être offerte sur un plateau en or
aux mêmes exploiteurs déguisés en faux dévots. En fin de compte, ces
islamistes, enclins à mobiliser les foules sur Ghaza ou la longueur des
jupes féminines, n'ont de révolutionnaires que le nom ! Ne sont-ils pas
encore plus liés au sionisme et à l'impérialisme que les anciens
dictateurs ?
maamarfarah20@yahoo.fr
«Le grand prix de la production devrait être décerné à l'urne. Tu y
mets deux enveloppes, il en sort dix !»
(Tata Aldjia)

Categorie(s): actualités

Auteur(s): (Tata Aldjia)

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..