Le Bonjour du «Soir»»: Une manip à la 2004, est-elle possible cette fois-ci ?

Lesoir; le Dimanche 10 Novembre 2013
2

Par Maâmar Farah
D'habitude, ils pouvaient berner les journalistes et leurs patrons
incrédules avec des formules tirées du lexique du «favori des décideurs»
: «Vous savez, l'armée est avec nous !» ou encore : «Je suis le candidat
des Services, ne vous en faites pas, ils sauront orienter le vote» et
celle-là, incontournable : «Les patriotes veillent au grain ! Il n'y
aura pas de trafic !»
La grande manipulation de 2004 avait même dépêché, dans les rédactions
qui comptent, des «officiers» qui venaient dire que les jeux étaient
faits. Ils étaient gentils, coopératifs, aimables. Ils avaient même
donné leurs numéros de portable aux journalistes. Le 9 avril, aucune
ligne ne répondait...
Aujourd'hui, on sait au moins une chose : Bouteflika a mis l'armée sous
la coupe des civils et les Services ne s'occupent plus de politique
intérieure. Ce qui veut dire, en plus clair, que le champ est libre
devant le Clan pour faire ce qu'il veut, n'importe où, n'importe
comment, n'importe quand ! Ce sont, déjà, les forces de l'argent qui
commencent à remplacer les forces du renseignement. Donc, par
conséquent, normalement, logiquement, ceux qui racontent que l'armée ou
les Services peuvent imposer un autre homme que celui qui sera désigné
par le Clan, sont des rêveurs, pour ne pas dire plus !
C'est clair pour vous, amis lecteurs. Mais allez le faire rentrer dans
les têtes carrées des lièvres ! Ou dans celles des journalistes maniaco-optimistes
!
maamarfarah20@yahoo.fr

Categorie(s): actualités

Auteur(s): maamarfarah20@yahoo.fr

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..