LE BONJOUR DU «SOIR»: Urgences

Lesoir; le Jeudi 6 Decembre 2012
2

Par Maamar Farah
Une parente qui emmenait, il y a une semaine, son bébé au service des
urgences d'un grand hôpital d'Alger, avait reçu un carton portant le
numéro 20. Vous comprenez que 19 patients passeront avant le bébé ! Eh
bien, vous n'y êtes pas ! Le préposé lui expliqua qu'il y avait 57
personnes qui devaient être vues par le médecin. «Ensuite, nous
entamerons la liste des 20 !» Urgence, mon œil ! Tu as le temps de
crever entre le douzième et le treizième appel et le comble serait que
ton sang s'assèche au moment où le gars appelle ton numéro. Tu as juste
le temps de jeter le dernier regard sur le carton : «Enfin ! C'est mon
tour !» Quelqu'un a dit les cliniques ? Quoi les cliniques ? Sans
urgence, sans service réanimation, avec des cas graves évacués à
l'hôpital, à quoi servent les cliniques ? A faire des opérations et à
encaisser le fric ! Mais cela suffit-il pour mettre en place une
médecine alternative à l'hôpital défaillant ?
maamarfarah20@yahoo.fr
«Neveu, autant dire que les ambulanciers prennent des risques pour
rien sur les routes !»
Tata Aldjia

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Tata Aldjia

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..