Le chantre de l'amazighité

Lesoir; le Jeudi 20 Decembre 2012
2

Matoub Lounès, l'homme pour qui l'amazighité est incontestable, car
elle est fondamentale, essentielle et primordiale. Matoub Lounès, l'homme pour qui l'amazighité est incontestable, car
elle est fondamentale, essentielle et primordiale. Poète à la voix
acerbe, au verbe qui dérange, a transcendé les chanteurs de sa
génération pour entamer avec honnêteté, véracité et courage le combat
identitaire : tamazight langue et culture, l'humus de sa conviction, de
son honneur et son orgueil. Il a revendiqué haut et fort : la
démocratie, la liberté d'expression, de pensée et de culte. Le poète en
porte-parole de tous a chanté tout haut les tourments qui rongeaient son
peuple tout bas. Ce maquisard de la chanson amazighe a chanté pour une
Algérie meilleure et une démocratie majeure. Contestataire
incorruptible, sa poésie tranchante comme seule épée, poignardait le
silence, a dénoncé les abus, les injustices et les absurdités
débilitantes, et tous les éléments qui ont empêché l'éclosion de la
culture berbère et l'épanouissement de tamazight, notre langue
ancestrale. Epris depuis son enfance par le chant de celui qu'on
considère comme le maître incontesté de la chanson kabyle, Da Slimane
Aazem, ainsi que par le chantre de l'exil El-Hasnaoui et le rossignol du
chaâbi El-Anka, Matoub, le maquisard de la chanson berbère, était un
vrai révolté. Ce que je dis là sur Matoub n'est qu'une petite pierre de
l'édifice de son œuvre, une fleur de plus au bouquet.
Lounnas M'henna

Categorie(s): voxpopuli

Auteur(s): Lounnas M'henna

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..