Le coup de bill’art du Soir: «Intellocratie»

Lesoir; le Mercredi 12 Decembre 2012
2

Par Kader Bakou
On dit souvent qu’un poète, un intellectuel, un artiste ou même une
personne «trop bonne» ou trop sensible ne peuvent être de bons
gestionnaires. La gestion exige des hommes et des femmes «sévères»
sachant imposer la discipline, dit-on aussi. Trois exemples, bien de
chez nous, semblent démentir cette règle. Qui s’est plaint ou a quelque
chose à reprocher à la gestion de la Cinémathèque d’Alger par Boudjemaâ
Karèche ? L’écrivain Amin Zaoui, de son côté, avait fait de la
Bibliothèque nationale d’Algérie (El-Hamma) un véritable centre culturel
abritant conférences, salons du livre, expositions d’arts plastiques,
concerts de musique, récitals de poésie, etc. L’écrivain Yasmina Khadra,
enfin, est en train de rééditer «l’exploit » d’Amin Zaoui, mais, lui, au
Centre culturel algérien de Paris. Comme quoi, il ne faut pas croire
tout ce qu’on vous dit !
K. B.
bakoukader@yahoo.fr

Categorie(s): culture

Auteur(s): bakoukader@yahoo.fr

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..