Le coup de bill’art du Soir: L’an un, après le choc des barbaries

Lesoir; le Samedi 9 Mai 2015
2

Par Kader Bakou
Quelques décennies après l’invasion de l’Irak, la seconde vague des
conquêtes coloniales est achevée. Le monde occidental règne sans partage
sur de vastes étendues allant jusqu’au fin fond de l’ex-péninsule
Arabique. La mise en valeur des déserts de cette région a réalisé des
miracles, sur les plans économique, alimentaire et écologique. De
nouvelles voies maritimes sont ouvertes avec l’Afrique centrale et
australe, l’Inde, le Japon et l’Australie. L’Afrique du Nord, de son
plein gré, a réintégré le monde de la culture latine dont elle faisait
partie avant les conquêtes arabes. L’Occident assuré de son avenir, et
disposant d’immenses réserves énergétiques, n’a plus besoin de redoubler
de férocité comme ses ancêtres. Il s’est donc réconcilié avec la Russie
qui est quand même un pays européen, ainsi qu’avec la Chine, une
civilisation pacifiste qui n’a jamais envahi un autre pays.
Tout a commencé le jour où dans un endroit secret, «les influents» de
l’Occident se sont réunis. Un rapport lu en ouverture de la rencontre
souligne l’urgence pour «la civilisation occidentale» de se procurer un
nouvel «espace vital». Ce serait, selon ce plaidoyer, «pour le bien de
l’humanité tout entière». Les richesses de l’Arabie serviront,
notamment, à financer la culture, les sciences et la recherche
scientifique. Reste un problème : comment convaincre l’opinion publique
occidentale et mondiale ? Un plan est concocté. Ses grandes lignes :
«Génocide arabe par l’Arabe» et «diabolisation». La phase pratique 2 a
commencé en 2011, avec la complicité de certaines monarchies arabes.
Puis vint la phase finale. Ce fut le tour des monarchies pétrolières qui
ne savaient pas que l’objectif principal était elles, car disposant
d’inépuisables réserves d’hydrocarbures sur d’immenses territoires peu
peuplés.
Quand ils sont venus chez eux les coloniser, il ne restait personne
parmi les Arabes pour protester, car eux-mêmes les avaient éliminés. En
outre et pour le compte de leurs colonisateurs d’aujourd’hui, ils
étaient devenus les ennemis de la Russie, de la Chine et de l’Iran (qui
est retourné à la culture indo-aryenne, branche de la culture
indo-européenne), qui ne l’ont pas oublié et, de ce fait, estiment
qu’ils n’ont aucune raison de les défendre.
On raconte que quelques minutes avant de prendre l’avion pour une
destination inconnue, le dernier roitelet du minuscule royaume de Taïf
au Hedjaz avait pleuré. Sa mère lui aurait dit : «Pleure comme une femme
ce que tu n’as pas su défendre comme un homme !»
K.  B. 
bakoukader@yahoo.fr

Categorie(s): culture

Auteur(s): Par Kader Bakou

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..