Le Président de l’UNPA le réclame :: «Que l’état se réapproprie les terres concédées et non-exploitées depuis 5 ans»

Lesoir; le Samedi 28 Novembre 2015
2

Prenant la parole devant quelque 1 000 agriculteurs
réunis à l’occasion de la célébration du 41e anniversaire de la
naissance de l’UNPA, Hadj Allioui, après avoir rappelé le rôle
éminemment important que joue la wilaya de Aïn Defla dans le domaine
agricole, avance une série de propositions, voire de mise en garde, à
l’intention du gouvernement.
Abordant le sujet de la dilapidation du foncier agricole, il dira «il y
a des lignes rouges à ne pas franchir, parce que l’exploitation de la
terre est une valeur sûre dont dépend notre présent et notre avenir»
tout en précisant «nous ne sommes pas contre l’industrialisation mais
nous ne préconisons pas l’industrialisation au détriment du foncier
agricole».
Evoquant le développement de l’agriculture, il soutient l’encouragement
à l’investissement dans ce domaine d’investisseurs privés.
Il s’interroge ensuite : «Sommes-nous conscients des défis que nous
avons à relever dans ce domaine alors que nous visons une époque où la
production alimentaire est devenue une arme redoutable et prend en otage
des populations entières, pendant que nous, nous avons des milliers
d’hectares improductifs ou à très faibles rendements et d’autres
milliers d’hectares inexploités depuis des décades ?» A ce sujet,
Allioui, précise «nous ne défendons pas et nous ne défendrons pas ceux
qui ne produisent pas».
Toujours à propos des superficies disponibles et non exploitées, il
évoque le développement de l’agriculture dans les immensités des régions
du Sud, mais préconise l’arrêt du pastoralisme sauvage qui détruit la
couverture végétale, vitale à la fertilisation des sols.
Karim O.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Karim O.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..