LE SOIR DE L'EST

Lesoir; le Lundi 17 Decembre 2012
2

GASPILLAGE DE L’ARGENT PUBLIC À
BORDJ-BOU-ARRÉRIDJ
Un crime organisé
La ville de Bordj Bou-Arréridj ne fait pas recette auprès de la
population en ce qui concerne le volet de l'aménagement urbain auquel
l'Etat a consacré plusieurs milliards de centimes.
A regarder l 'état des lieux, la situation n'est pas du tout
satisfaisante. A ce titre, chaque année, les pouvoirs publics tracent
une feuille de route pour la rénovation et la maintenance des chaussées
de la cité. En effet, presque 60 % des rues, ruelles et trottoirs ont
été refait au moins deux fois à trois fois juste après qu’ils aient été
bitumés pour passer une énième fois les canalisations de gaz, les
conduites d’eau potable et d’eaux usées parce que les entrepreneurs sont
incompétents pour exécuter le plan d'aménagement urbain. Les rues sont
tellement défectueuses qu'il est impossible à un automobiliste de
circuler sans essayer d’éviter les crevasses, fissures et nids-de-poule
qui s’étalent sur des kilomètres. L’on se demande comment des
entrepreneurs sans qualification aucune, ont pu avoir le marché
d'aménagement qui coûte au Trésor public des milliards de centimes de
pertes sans que les pouvoir publics s'en inquiètent. Ces sulfureuses
pratiques mafieuses sont assez courantes, qui font que chez la
population, c'est l'incompréhension et la révolte, tant les abus sont
multiples. La question est de savoir si l’argent public est destiné
uniquement à enrichir des entrepreneurs sur le dos de l’Etat ? Il est
temps que les pouvoirs publics sortent de leur immobilisme, leur manque
d'ambition qui a fait que Bordj Bou-Arréridj est devenue une cité
fatiguée et sans énergie.
Layachi Salah Eddine

Categorie(s): régions

Auteur(s): Layachi Salah Eddine

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..