LE SOIR DE L'EST

Lesoir; le Mardi 18 Decembre 2012
2

INVESTISSEMENT
TOURISTIQUE À JIJEL
Des projets fantômes et des terrains bradés
En dépit des potentialités touristiques dont dispose la wilaya de
Jijel, force est de constater que l'investissement touristique demeure
le parent pauvre de l'investissement privé dans une wilaya où une
poignée de pseudo investisseurs a fait main basse sur des centaines
d'hectares, avec la complicité des services concernés d'alors sans
qu'ils réalisent la moindre bicoque.
En effet, les avis sont unanimes à dire que la wilaya souffre d'un
important déficit en structures d'accueil, pour répondre au flux
d'estivants et visiteurs, à la recherche de moments de détente sur les
splendides plages jijeliennes chaque année. S'agissant de
l'investissement touristique, selon un rapport établi par les services
de la wilaya, on dénombre seulement 15 projets qui sont actuellement
opérationnels avec une capacité de 1 639 lits et 162 postes d'emploi
créés. Des structures qui demeurent en deçà des besoins d'une wilaya qui
accueille plus de 8 millions d'estivants annuellement. Ledit rapport
fait état, par ailleurs, de l'existence de cinq projets en cours de
réalisation avec un taux d'avancement avoisinant les 70 % et dont le
démarrage remonte à plus de vingt ans. Lesdits projets, qui avancent à
pas de tortue, s'étendent sur une superficie de 27 ha d'assiettes
foncières, située sur la splendide côte jijelienne. On apprend également
qu'il existe 8 projets s'étendant sur une superficie de 151 814 m3 soit
plus de 15 ha, et dont les travaux n'ont pas encore démarré pour des
motifs divers, tels la contrainte financière et les contentieux
juridiques sur la nature des terrains. Des projets d'investissement
fantômes dont l'actuelle réalité résume, à elle seule, la démarche
hasardeuse des pouvoirs publics dans la gestion du dossier de
l'investissement touristique au milieu des années 90. Comment se fait-il
qu'on donne un terrain d’un ha à un demandeur de logement social ? Sur
quelle base et quelle logique donne-t-on deux concessions s'étendant sur
une dizaine d'hectares, à deux cents mètres de la mer à un investisseur
qui a du mal à réaliser une bicoque ? Ledit rapport fait état en outre
de l'existence de 13 projets s'étendant sur une superficie de plus de 27
ha remontant à plus de vingt ans. Ils sont à l'arrêt pour nombre de
motifs dont les procédures administratives, administratives, les
contentieux juridiques et les contraintes financière. Une situation
inédite qui renseigne sur la démarche hasardeuse des pouvoirs publics
dans la gestion du dossier de l'investissement touristique et qui doit
interpeller les hautes autorités du pays afin d'intervenir pour
combattre «ces intouchables » et restituer ce «butin de guerre «des
mains de la mafia du foncier. Celle-ci a déjà fait des ravages en cette
conjoncture où le discours sur l'investissement touristique est réduit à
«de la parlote politicienne» d'une poignée de bureaucrates dans les
salons algérois feutrés et calfeutrés, et déconnectés de la réalité
complexe de ce dossier. Un dossier qui nécessite une volonté politique
courageuse pour nettoyer les écuries d'Augias. Chose qui fait
malheureusement défaut actuellement. Face à ce bradage annoncé de ces
bijoux dont la valeur est inestimable, des citoyens lancent à un appel à
qui de droit pour combattre les spéculateurs de tous bords.
Bouhali Med Cherif

Categorie(s): régions

Auteur(s): Bouhali Med Cherif

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..