Le Soir de l’Est: Le ministre des travaux publics à Annaba De nombreux projets achevés, d’autres lancés

Lesoir; le Dimanche 7 Decembre 2014
2

Le ministre des Travaux publics, Kadi Abdelkader, a effectué, hier une
visite de travail dans la wilaya de Annaba afin de s’enquérir de l’état
d’avancement des travaux de nombreux projets inscrits à l’indicatif de
son secteur.
Le ministre qui était arrivé la veille, s’est rendu dans la wilaya de
Guelma. Précisément à Guelaât Bousbaâ formant le point de jonction des
tronçons routiers de liaison avec l’autoroute Est-Ouest. Avec les 5
importants ouvrages d’art, longs de 35 km à double direction de 3 voies
chacune, cette liaison autoroutière nécessitera un investissement de 37
milliards DA.
Appelée à être achevée en 24 mois par des sociétés nationales et
étrangères, elle mettra fin aux difficultés de la circulation routière
que rencontrent les usagers de la RN 21 Annaba, Guelma. 5 ouvrages d’art
dont des échangeurs serviront à créer des points de jonction de
l’autoroute Est/Ouest avec les routes nationales 16 et 21.
Le ministre devait par la suite se rendre à l’aérogare Rabah-Bitat de
Annaba où il a procédé à la pose de la première pierre du projet de
réalisation d’une section aéroportuaire. A ce niveau, le ministre s’est
enquis de l’état d’avancement des travaux du réseau d’assainissement et
ceux du parking avions.
Au programme de la 3e étape, l’inauguration de l’ouvrage d’art en
remplacement de l’actuel pont «Y». Il s’agit d’une infrastructure
routière très attendue par la population locale. Notamment les usagers
de la route qui n’auront plus à subir le stress quotidien des
embouteillages qu’ils vivent depuis des mois.
Cette infrastructure routière qui aura coûté plus de 9,60 milliards DA
permettra de désengorger la circulation à la sortie de Annaba et à
réduire les risques d’accidents routiers. Faudrait-il encore la doter de
l’éclairage public dont le réseau n’a pas été réalisé à ce jour.
Abdelkader Kadi, qui a souligné la nécessité d’activer l’opération
éclairage, a officiellement annoncé la signature de 2 autres contrats
d’un montant global de plus de 3 milliards DA. Ils concernent
l’aménagement de l’entrée ouest de la ville.
La réalisation de 2 autres importants ouvrages d’art dont celui du
viaduc appelé à assurer la liaison entre Sidi-Brahim et la cité
Seybouse. Avant de s’enquérir de l’opération dragage de la petite et de
la grande darse du port, le représentant du gouvernement a inauguré le
nouveau siège de la subdivision maritime des travaux publics.
Sur le navire atelier le Renayert spécialisé dans le nettoyage par
dragage des ports qu’il a visité, le ministre s’est longuement attardé
sur les méthodes employées en ce qui concerne le dragage et la détection
des sites fond de mer pollués par les déchets. Selon la directrice des
travaux publics de la wilaya de Annaba, cette structure permettrait un
meilleur suivi des travaux de dragage devant augmenter le niveau de
tirant d’eau pour l’accès au port de navires de gros tonnage. Comme elle
a pour mission le suivi du projet d’extension en 4 phases du port de
Annaba vers la zone de la cité Seybouse et Sidi-Salem.
Prévue pour être achevée en 2030, l’extension du port de Annaba entamée
en 2017, sera bénéfique pour le développement économique de 16 wilayas
de l’Est.
Le projet appelé à être matérialisé par une société sud­­­-coréenne,
constituera, aussitôt achevé, un bol d’oxygène durant plus de 50 ans
pour ces mêmes wilayas.
C’est en tout cas l’argument avancé par le président directeur général
de l’Entreprise portuaire de Annaba, Ahmed Djebbar.
Avant de donner son accord de principe pour cette extension, le ministre
des Travaux publics a toutefois estimé nécessaire d’entreprendre une
réflexion d’ensemble. Selon le premier responsable du secteur, celle-ci
doit impliquer les travaux publics, le transport, la marine et
l’entreprise du port de Annaba.
A. Bouacha

OUM-EL-BOUAGHI
Prison ferme pour deux voleurs
La cour criminelle d'Oum-El-Bouaghi a prononcé avant-hier, tard dans la
soirée, un verdict condamnant deux jeunes à 4 ans de prison ferme
assortis d'une amende de 200 000 DA.
Les faits de cette histoire remontent, selon le procès de renvoi, au
mois de février de l'année en cours lorsque des informations parvinrent
aux services de sécurité faisant état de détention d'une arme à feu par
un jeune aux antécédents mafieux, ce qui, selon les policiers,
présenterait un danger pour la vie des citoyens.
Suite à cette information, les policiers ont tout de suite lancé des
investigations pour identifier et arrêter le présumé détenteur de l'arme
quelques instants après, un jeune, répondant aux initiales de D.A., la
vingtaine, au niveau de la gare routière de Aïn Mlila, une commune à
70 km à l'ouest du chef-lieu de wilaya ; une fouille corporelle de l'intéréssé
a permis aux policiers de découvrir une arme de poing de type Mouzard de
fabrication allemande.
Les policiers ont poussé leur enquête pour déterminer que l'arme
appartenait au père d’un jeune répondant aux initiales de M. N., l'ami
intime du premier nommé, qui est un ancien patriote habitant à Ouled-Hamla.
Il s'est avéré aussi que l'arme était dépourvue de trois balles dont la
destination reste inconnue.
Le fils du patriote a reconnu avoir volé le pistolet et l'avoir remis à
son ami pour un ancien problème de dettes contractées entre eux.
Avant-hier, les jurés ont prononcé une peine de 4 ans de prison ferme
contre les deux jeunes avec une amende de deux cent mille DA chacun ;
auparavant, le procureur de la République avait requis une peine de 10
ans de prison ferme assortie d'une amende de deux millions de dinars.
Moussa C.

TEBESSA
Trois dealers écroués et saisie de 100 grammes de kif traité et d’armes
blanches
Suite aux informations qui leur sont parvenues concernant la
commercialisation de drogue par un groupe de narcotrafiquants, usant de
toute sortes de subterfuges en exploitant des mineurs pour tirer profit
de ce trafic et échapper de l’étau de la police, dans l’après-midi
d’avant-hier, les éléments de la deuxième Sûreté urbaine de la wilaya de
Tébessa ont concocté minutieusement un plan d’action portant sur la
lutte contre la drogue, l’opération a été menée dans la plus grande
discrétion au niveau de la cité El Djazira à quelques encablures du CEM
El Mizab, au chef-lieu de la wilaya de Tébessa.
Une souricière a été tendue à ces malfaiteurs ; en effet 100 grammes de
kif, deux armes blanches et 12 000 dinars ont été découverts lors de la
fouille des trois dealers, âgés entre 28 et 32 ans.
Après audition des mis en cause par les éléments de la police
judiciaire, ils ont été présentés devant le juge d’instruction du
parquet de Tébessa qui les a écroués pour commercialisation et trafic de
drogue, a-t-on appris de la cellule de communication de la Sûreté de la
wilaya de Tébessa.
Barour Yacine

Des pierres jetées contre les gendarmes
De sources concordantes, nous avons appris qu'un groupe de jeunes en
état d'ivresse a attaqué le siège de la brigade de la gendarmerie
nationale de Djazia dans la daïra de Dhalaâ à l'extrême sud-est du
chef-lieu de wilaya.
­­Cet incident qualifié de rassissime qui a eu lieu avant-hier dans un
patelin connu par son caractère conservateur s'est caractérisé par
l'attaque de la brigade de la gendarmerie nationale lorsque deux jeunes
frères pour un différend banal se disputèrent et en arrivèrent aux mains
lors d'une fête de mariage qui a eu lieu dans une dechra non loin de la
commune de Djazia.
Sous l'emprise de boissons alcoolisées consommées par les deux frères
lors d'une beuverie, les deux frangins se sont bagarrés, ce qui a poussé
l'un d'eux à s'adresser aux services de la gendarmerie pour porter
plainte contre son propre frère.
Les éléments de la gendarmerie tenant compte de l'état d'ébriété avancé
du plaignant ont, comme c'est le cas dans pareille situation, préféré
garder le plaignant afin qu'il récupère ses facultés mentales pour
l'écouter.
Voyant son frère tarder dans les bureaux de la gendarmerie, il ameuta
tout un groupe de jeunes, tous en état d'ivresse et se dirigèrent droit
vers le siège de la gendarmerie pour l'attaquer à l'aide de projectiles
(pierres) saccageant une partie de la boiserie des fenêtres.
La réaction instantanée des gendarmes évita le pire et plusieurs jeunes
ont été arrêtés.
De leur côté, les sages de la région ont réagi et ont réussi à ramener
le calme autour de la brigade. 
Les jeunes, y compris les deux frères à l'origine de cet incident, ont
été libérés .
M. C.

BORDJ-BOU-ARRERIDJ
L’auteur d’un crime arrêté par les citoyens
Le 6 décembre à Bordj-Bou-Arréridj a été une journée très agitée.
A 9h du matin en plein centre-ville à la cité 120 logements Aidel-Amar à
10 mètres du commissariat central du chef-lieu de wilaya, un homme âgé
de 50 ans a été poignardé par un jeune homme de 29 ans, selon les
personnes présentes sur la scène du crime. La victime aurait reçu 2
coups de couteau dont l'un au thorax et l'autre au niveau de la gorge.
La victime a été transportée à l'hôpital Bouzidi, où elle a rendu l'âme
à 10h 25mn. L'auteur du crime crapuleux, après avoir commis son geste
infâme, s'est enfui en courant, mais il a été rattrapé à 200 mètres du
lieu du crime par des jeunes.
Le criminel a été sauvé in extremis par la police d'un lynchage et d’une
mort certaine par une foule en délire qui lui a assené des coups de
poing au visage et à la tête.
Une enquête a été ouverte par la police judiciaire pour connaître les
mobiles du crime.
Layachi Salah-Eddine

Categorie(s): régions

Auteur(s): Layachi Salah-Eddine

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..