Le Soir de l’Est: OUM- EL -BOUAGHI Rencontre-débat scientifique sur «l’hémophilie orpheline»

Lesoir; le Jeudi 7 Novembre 2013
2

L’amphithéâtre de l’EPH Boudiaf a abrité hier une journée scientifique
traitant de l’hémophilie, organisée conjointement par l’Association
nationale des hémophiles et l’Association Facteur vie.
Cette maladie, qui reste méconnue par une large population, est définie
comme étant orpheline caractérisée par un déficit en facteur IV et IX de
la coagulation engendrant un syndrome hémorragie et des hématomes
partout avec des complications orthopédiques. Cette maladie, selon les
spécialistes, touche des sujets depuis leur jeune âge.
Animée par d’éminents médecins spécialistes des CHU de Béni Messous et
Ben Aknoun d’Alger, avec la participation de jeunes médecins de santé
publique des hôpitaux de Aïn Beïda, Aïn Fakroun et Oum-El-Bouaghi, cette
journée, qui a vu la présence des malades et de leurs familles, entre
dans le cadre de la vulgarisation scientifique pour la lutte contre
l’évolution vers les complications de la maladie qui touche, selon des
statistiques avancées par les animateurs, plus de 1 800 cas avec une
cinquantaine de cas recensés à Oum-El-Bouaghi.
Le Dr Reddah, directeur de la santé et de la population de la wilaya
d’Oum-El-Bouaghi, a donné le coup de starter pour les travaux de cette
journée. Ce fut à Mme Lamhene L., présidente de l’ANHA, d’intervenir en
ouverture suivie du Dr Chennoukh K. du CHU de Béni Messous qui a
développé le thème «diagnostic biologique de l’hémophilie.
Le Dr Azoun de l’EPH d’Aïn Beïda a abordé, lui, les généralités sur
l’hémophilie jusqu’aux complications. Lui succédant, son confrère de l’EPH
Aïn Mlila, le Dr Simoud, a axé son intervention sur le traitement de la
maladie.
D’éminents spécialistes se sont succédé pour apporter leur expérience
sur la vulgarisation de cette maladie, à l’instar du Dr Sahari, qui a
démontré la conduite à tenir devant un sujet atteint de cette maladie.
La transmission génétique de la maladie et la prophylaxie chez des
hémophiles ont été traitées successivement par les Dr Diar et Adjissa.
Les thèmes abordés en matinée ont été suivis de débats fructueux qui ont
vu la participation de jeunes médecins mais aussi des malades et leurs
parents pour lever certaines inquiétudes vécues par cette frange de la
société.
Après la pause, Kouachi R., infirmier au CHU de Béni Messous, a étalé
toute son expérience pour en faire profiter l’assistance et releva le
rôle joué par l’infirmier dans la prise en charge des malades
hémophiles. «Education thérapeutique» fut l’autre thème développé par le
Dr Karim du même établissement.
Le organisateurs de ce programme très riche ont tenu à faire de cette
journée une approche approfondie sur cette maladie, avec tous les
aspects y afférents à l’image de l’intervention du Dr Mehdid Chafika et
Boughene S. du CHU de Béni Messous qui ont développé sur les mesures à
prendre devant l’extraction de dents pour un patient atteint
d’hémophilie. Avant la clôture de la journée scientifique, le Dr Formas
du CHU Ben Aknoun a apporté son expérience, notamment l’appareil
locomoteur et l’apport de l’équipe pluridisciplinaire au chirurgien
orthopédiste.
Dans la séance de l’après-midi, là aussi les participants ont ouvert les
débats sur les thèmes traités par les intervenants qui ont montré une
grande disponibilité à répondre à toutes les questions ayant trait à la
maladie. En marge de cette journée, nous avons pris attache avec
certains acteurs de ces travaux comme le Dr Krim, de l’EPH Zerdani d’Aïn
Beïda, une jeune spécialiste en hématologie pour qui «la journée est
très bénéfique et pour les patients et pour les jeunes médecins qui
doivent profiter de l’expérience de leurs aînés dans le domaine». Et
d’ajouter : «Le seul handicap pour l’instant demeure les réactifs
nécessaires à cette maladie qu’on ne trouve pas facilement, et ce à
l’échelle nationale.» Le Dr Haoues N., un autre spécialiste interniste,
nous a livré son avis sur cette journée : «Le fait que des spécialistes
fassent le déplacement de la capitale dénote l’importance de la
journée.» «J’espère que ce genre de rencontres scientifiques se
multipliera, car c’est tout le monde qui en profite», a-t-il ajouté.
Qu’en est-il de l’avis des patients ? «Nous venons d’assister à une
journée très bénéfique, ce n’est que maintenant que je connais
parfaitement ma maladie et ses conséquences», nous confia un hémophile.
Moussa Chtatha
Démantèlement d’un réseau national et international de trafic de
psychotropes à Guelma
4 940 comprimés saisis et 4 personnes écrouées
La police judiciaire de Guelma vient de réussir un gros coup de filet,
en démantelant un vaste réseau de trafic de stupéfiants, a-t-on appris
mardi dernier auprès de la cellule de communication de la Sûreté de
wilaya.
Les services de police avaient reçu des informations concordantes et
précises faisant état de mouvements suspects dans certains quartiers de
la ville. Très vite, les enquêteurs multiplieront les filatures, en
privilégiant la piste de trafic de stupéfiants. L'enquête aboutira
finalement le 28 octobre, vers 20 heures, avec l'interpellation de deux
suspects, âgés de 30 et 41 ans, originaires de la wilaya de Tamanrasset,
à bord d’une Peugeot 207, au niveau de la rue Slimani-Amar, dans le
centre-ville de Guelma.
Une fouille minutieuse effectuée sur les lieux a permis aux policiers de
découvrir 4 940 comprimés psychotropes, dissimulés dans un sac en
plastique. Les premiers éléments de l’enquête ont révélé que les deux
prévenus faisaient partie d’un important réseau national et
international de trafic de psychotropes qui sévissait dans les wilayas
de Guelma, Oum-El-Bouaghi, Tamanrasset et entre le Mali et le Niger.
Notre source précise, par ailleurs, que les enquêteurs ont réussi à
identifier et à arrêter trois autres complices, tous originaires de
Tamanrasset. Hier, les suspects furent déférés devant le magistrat
instructeur près le tribunal de Guelma. Quatre d’entre eux ont été
écroués, tandis que le cinquième a été placé en liberté provisoire, en
attendant les suites de l’enquête, précise-t-on de même source.
Noureddine Guergour
ANNABA
Action de proximité des douanes
«Identification des missions et prérogatives de l’administration des
douanes» est le thème principal d’une action de proximité qu’organise la
Direction régionale des douanes de Annaba au profit des écoliers et
étudiants.
Lancée le 24 octobre dernier, cette initiative qui se poursuit jusqu’à
la fin de l’année en cours, vise, à travers un cycle de conférences
animées par des cadres de cette institution, à informer sur ses actions
pour la protection des consommateurs, ainsi que la lutte contre la
contrebande et toute forme de trafic. Des fléaux préjudiciables au
Trésor public et à l’économie nationale.
Initiée par la Direction générale de la douane, cette action constitue
une première ouverture de ce corps constitué sur son environnement.
La catégorie ciblée sera également sensibilisée au enjeux et défis
relevés par les douaniers dans leurs missions quotidiennes.
Des élèves et des étudiants de plusieurs établissements des trois
paliers (primaire, moyen et secondaire) des wilayas d’Annaba, Souk-Ahras
et d’El-Tarf relevant de la Direction régionale des douanes de Annaba
sont concernés par cette campagne d’information et de sensibilisation.

Depuis son lancement, il y a plus d’une semaine, en étroite
collaboration avec les universités et les Directions de l’éducation des
trois villes, chefs-lieux de ces wilayas, cette opération de proximité a
vu un certain engouement des étudiants et des élèves des deux sexes qui
n’ont pas manqué de s’informer sur la mission dévolue à cette
institution de la République.
A. Bouacha
Son excellence l’ambassadeur de Tunisie en visite à El Tarf
«Intensifier la coopération dans la lutte contre le terrorisme et les
échanges commerciaux»
La coopération dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et les
échanges commerciaux ont été, hier, au cœur des entretiens entre Son
Excellence l’ambassadeur de Tunisie, M. Mohcen Nejib Hachana, et les
autorités civiles et sécuritaires de la wilaya d’El Tarf, a-t-on appris
de sources crédibles.
L’ambassadeur tunisien accompagné du consul général de Tunisie à Annaba,
M. Youcef Arfaoui, a rencontré lors de sa visite dans la wilaya d’El
Tarf, le nouveau wali qui vient juste d’y être affecté et qui sera
installé officiellement au début de la semaine prochaine par le ministre
de l’Intérieur.
L’ambassadeur a visité et inspecté les deux postes frontaliers tunisiens
Babouche et Meloula qui font face respectivement aux postes frontaliers
algériens d’Oum T’boul et d’Al Ayoune.
Daoud Allam

Categorie(s): régions

Auteur(s): Daoud Allam

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..