Le Soir de l’Est: Première sortie médiatique du nouveau wali de Skikda Le lundi, jour de réception du public

Lesoir; le Dimanche 10 Novembre 2013
2

Jeudi, la salle de réunions du cabinet du wali a abrité une séance de
travail, ressemblant à bien des égards au Conseil de l’exécutif de la
wilaya, et ayant pour thème, «la réhabilitation ou requalification des
espaces publics».
Parmi les présents, on compte le nouveau wali, pas encore installé,
Faouzi Benhassine, le secrétaire général de la wilaya, le chef de
cabinet du wali, le Drag, le Dal, l’Inspecteur général de la wilaya,
quelques chefs de daïra et P/APC, deux associations, une élue de l’APW
et, fait nouveau, la presse locale.
Pour sa première sortie médiatique, le wali semble accorder,
conformément aux directives et orientations du Premier ministre,
Abdelmalek Sellal, et du ministre de l’Intérieur et des Collectivités
locales, Tayeb Belaïz, de l’importance au citoyen. Comme thème de la
campgne électorale, on ne peut trouver mieux. D’où l’instruction donnée
aux responsables de prioriser l’accueil du public dans leurs activités
et missions quotidiennes. Pour ce faire, le lundi a été fixé comme
journée de réception. «Ce jour-là, à compter de neuf heures, vous n’avez
pas le droit d’effectuer des inspections et sorties sur le terrain, ni
d’assister ou organiser des réunions de travail.
Le lundi sera exclusivement consacré aux audiences citoyennes. Celles-ci
devront être couronnées de réussite : où on est en mesure de résoudre le
problème exposé ou non.
Dans le deuxième cas, on doit répondre sérieusement au citoyen, voire
l’orienter vers d’autres secteurs externes, lorsque la solution n’est
pas de notre ressort. Et tout responsable se trouvant dans l’incapacité
de prendre en charge les doléances du citoyen, notamment celles les plus
demandées, à savoir le logement et l’emploi, n’a qu’à quitter son poste.
Car, il faut bien le discerner, il y a le service public et le service
public de qualité ; notre cheval de bataille est l’amélioration du
service public», c’est en ces termes que le nouveau wali a expliqué
l’attitude professionnelle à laquelle doivent s’en tenir les
responsables locaux, désignés ou élus, placés sous son autorité.
Et d’ajouter, faisant dans l’énumération des étapes à suivre pour
concrétiser cet objectif, «je ne veux pas d’une comptabilité (trompeuse,
ndlr) mais d’une évaluation objective à me rendre compte, par le biais
de la commission de wilaya de réhabilitation des espaces publics. Pour
l’exemple, tout responsable ayant, ce jour-là, accueilli 100 citoyens
mais n’a réglé le problème d’aucun, n’a rien fait. Réception, qualité de
l’accueil et célérité dans le traitement du dossier dont nous fûment les
destinataires, seront les paramètres sur lesquels nous sommes censés
nous baser pour réussir notre tâche. Aussi, diagnostic, examen et
réponse, sont les mots-clés devant constituer l’ossature de tout accueil
du public».
Le troisième axe de l’intervention du wali a trait à la non-réponse de
l’administration aux requêtes transmises par les citoyens. «Ecrire à
l’administration c’est comme écrire à un cimetière ! Celle-là ne répond
jamais au citoyen, alors qu’elle le fait quand l’expéditeur est un autre
représentant de l’administration. Dorénavant, on doit répondre au
citoyen même quand celui-ci nous dira salam alaikoum, nous lui dirons,
alaikoum salam. Et finies aussi les réponses standards, celles sur
lesquelles on ne change que la date et le nom du destinataire».
100 milliards de centimes et cap sur l’assouplissement
bureaucratique
Le directeur de l’administration local, le Dal, a chiffré le soutien de
l’Etat dans ce domaine. Il a avancé le chiffre de 370 millions de DA
injectés dans 78 opérations destinés à la réhabilitation des espaces
publics et 720 millions de DA consacrés à la réhabilitation des
structures, acquisition des équipements et matériels d’hygiène.
A la fin de cette semaine, il est prévu également la réception de 15
opérations en cours d’études et ayant nécessité 30 millions de DA.
Outre cela, 700 millions de DA, sur fonds de wilaya, ont été dégagés
pour diverses opérations touchant 22 communes.
Dans le cadre des PCD, l’intervenant parle de la réalisation de deux
sièges de communes pour Azzaba et Collo et d’un siège de daïra pour le
chef-lieu.
Pour sa part, le directeur de la réglementation et des affaires
générales, le Drag a abordé, quant à lui, le volet relatif aux missions
de la commission de wilaya de réhabilitation des espaces publics.
Inventorier les contraintes, formuler des propositions, soutenir les
services administratifs et locaux, notamment dans leurs tâches
d’élaborer les schémas et plans de réhabilitation des espaces publics,
évaluer et informer périodiquement, avant le 10 de chaque mois, le wali
des avancées enregistrées, former le personnel auquel est dévolue
l’action d’accueillir et d’orienter le public, mettre en place des
cellules d’accueil au niveau de chaque daïra (10 déjà mises en places),
organiser des journées d’étude traitant du thème de la notion de service
public, doter les antennes administratives de groupes électrogènes pour
parer aux coupures d’électricité, réduire le nombre de pièces
constitutives contenues dans les dossiers déposés pour l’emploi, le
logement, le passeport, la carte grise…
Pour ce dernier cas, quelques propositions méritent d’être citées : se
suffire d’un timbre, de deux photos et de l’extrait de naissance pour le
renouvellement de la carte d’identité, assouplir le dossier d’emploi,
cesser de demander à chaque occasion l’extrait de naissance et de décès
(on ne vit et ne meurt qu’une fois, ndlr), remplacer le certificat de
nationalité par la photocopie de la carte d’identité dans les dossiers
où le premier cité est exigé.
Deux autres propositions conviennent d’être également énumérées. La
première a été à l’actif du chef de daïra de Ramdane-Djamel, qui a
préconisé de lancer un concours récompensant la meilleure commune dans
le domaine de l’amélioration du service public. La lauréate bénéficiera
d’un projet de développement local. L’idée a emporté l’adhésion du wali.

Le chef de l’exécutif en fera de même pour la seconde, formulée par le
responsable de la cellule de la médiation au niveau de la wilaya.
Celui-ci a proposé la création d’une page Facebook pour la wilaya,
permettant ainsi aux internautes à travers les autres communes mais
aussi à travers le monde, de réagir via la Toile.
En conclusion, le wali exhortera les responsables de l’administration,
APC et wilaya, d’être la locomotive. Les autres administrations, tels le
commerce, la santé, pour ne citer que celles-là, n’auront qu’à suivre le
modèle mis en place.
Le wali, en revanche, ne citera mot sur les mesures répressives à
entreprendre si jamais des défaillances viendraient à gripper la
machine.
Zaïd Zoheir
Guelma
Arrestation de quatre dealers et saisie de kif traité
La cellule de communication de la Sûreté de wilaya a confirmé, jeudi,
l’arrestation de quatre individus poursuivis pour trafic de stupéfiants.

La drogue était revendue à Oued Zenati, à une quarantaine de kilomètres
du chef-lieu de wilaya, au quartier Bezazi-Sebti, sur les hauteurs de la
ville de Guelma. Une enquête menée depuis plusieurs jours par les
éléments de la police judiciaire a permis d’interpeller un suspect âgé
de 56 ans, originaire de Oued Zenati et trois autres, dans le centre de
Guelma, âgés entre 24 et 31 ans, suspectés d’écouler du kif traité dans
les milieux des jeunes.
Lors de ces interpellations, les policiers ont effectué une série de
fouilles minutieuses. Des plaquettes de kif traité, des téléphones
portables, de l’argent et des armes blanches ont été saisis par les
enquêteurs.
Parmi les quatre personnes arrêtées, deux ont été placées en détention
provisoire par le magistrat instructeur et les deux autres ont été mises
en liberté provisoire, précise la même source.
N. Guergour

Categorie(s): régions

Auteur(s): N. Guergour

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..