LE SOIR DE L'OUEST

Lesoir; le Dimanche 9 Decembre 2012
2

TIARET
Les acquéreurs des 220 logements LSP dans la tourmente
Lancé initialement par l’entreprise «Soho» en 2003, le projet des
220 logements sociaux participatifs, situé sur la route d’Alger, à
Tiaret, ne finit par de susciter le courroux des futurs acquéreurs qui
ne savent plus à quel saint se vouer, suite aux sempiternels
désagréments auxquels ils sont confrontés depuis le dépôt de leurs
dossiers en 2005.
En effet, dans l’expectative qui aura duré des années en raison de la
lenteur ayant entaché l’avancement des travaux, certains de ces
souscripteurs se disent sidérés par ce qu’ils endurent alors qu’ils ont
rempli toutes les exigences et autres démarches imposées par le
promoteur dont le payement en trois tranches de la totalité du montant.
Le projet, jusque-là en chantier, ne semble guère rassurer les futurs
bénéficiaires. Même les promesses du promoteur quant à la remise des
clefs dans les meilleurs délais n’ont pu convaincre les propriétaires
impatients. C’est du moins le cas d’une dame vraisemblablement éreintée
par l’attente d’accéder à son toit de rêve. Cette dernière, cadre de
surcroît, tout comme les autres figurant sur la liste, s’est débrouillée
comme elle peut pour réunir ladite somme non sans recourir au prêt
bancaire et à la CNL. L’essentiel pour elle était d’échapper à la menace
d’expulsion du logement qu’elle louait auparavant chez un privé. Acculée
par sa situation devenue au fil des jours difficile, et en l’absence
d’alternative, celle-ci, et après avoir détenu les fameuses clefs du
logement, ne savait pas qu’elle allait être confrontée à un autre
dilemme, celui de l’absence quasi totale de toutes les commodités de
base. «J’étais frustrée, dira-t-elle, de constater qu’il n’y avait ni
eau, ni gaz, ni électricité. Idem pour les canalisations, les vitres,
les interrupteurs, les prises, les sanitaires, ce qui rend dures les
conditions de vie, d’autant que nous traversons une période connue pour
son climat glacial, voire impitoyable », a-t-elle souligné. A noter que
certains programmes LSP à Tiaret ont du mal à voir le jour comme
l’atteste si bien le projet de Trig El Beïda, lancé pourtant à l’orée de
l’année 2001.
M. B.

Categorie(s): régions

Auteur(s): M. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..