Le Soir de l’Ouest: Service public La réhabilitation au cœur des débats à Oran

Lesoir; le Dimanche 10 Novembre 2013
2

Le ministre de la Santé Abdelmalek Boudiaf a présidé hier une réunion
tenue aux Andalouses, autour du thème de la réhabilitation du service
public de la santé. La rencontre régionale a regroupé les cadres du
secteur des 14 wilayas de la région ouest du pays.
Le but de ce conclave : la mise à niveau de la santé à travers
l’amélioration de la qualité de la prise en charge du malade (médicale,
soins, repas, literie, hygiène) dans le secteur hospitalier.
Hier, le ministre a donné la parole aux DSP des différentes wilayas de
l’Ouest, qui ont exprimé leurs besoins et problèmes, parmi lesquels on
compte celui des pannes répétitives des matériels, voire même de
l’inexistence, dans des centres hospitaliers, de matériels pourtant plus
que nécessaires à la bonne prise en charge du patient. Il en est sorti
de cette réunion, la décision du ministre de la Santé, ou tout au moins
sa promesse de rendre plus fluide la communication, et améliorer le
portail d’information de son ministère.
Un recensement des problèmes exprimés qui permettra, dira le ministre,
d’établir une cartographie du secteur de la santé. Le premier
responsable du secteur de la santé fera savoir que sa venue à Oran vise
à trouver des solutions. En révélant qu’il a reçu des rapports issus
d’inspections inopinées, ainsi que des écrits «anonymes» dénonçant des
pratiques dans certains établissements. L’heure est aux solutions
constructives pour sortir le secteur de sa léthargie, dit-il.
Abdelmalek Boudiaf est revenu sur les difficultés que rencontrent les
médecins spécialistes. «Certains après avoir été affectés dans un
service, une fois sur place, ils ne trouvent tout simplement pas de
service en question, dès lors, il ne faut pas que les DSP en demandent
s’ils n’ont même pas le service en question.» Il fera également rappeler
la directive du Premier ministre, concernant les médecins spécialistes.
«Le Premier ministre a été clair, une fois affecté dans un service dans
une quelconque wilaya, il faut lui assurer le logement.»
En marge de la rencontre, le directeur central de la prévention a abordé
les cas de malaria, en précisant que pour les quatre cas de Batna, il
s’agit de cas isolés et même si les 9 autres cas de Ghardaïa présentent
le même virus, des analyses plus approfondies sont en cours. Il fera
savoir que ce lundi, une rencontre regroupera des spécialistes au
ministère de la Santé afin d’en débattre. Tout en signalant que depuis
le mois d’octobre, des mesures avaient été prises en anticipant une
cellule de veille dans les zones frontalières (Niger, Mali).
Les cas sus-cités ne sont pas graves, dira l’intervenant, certains ont
même pu rejoindre leur domicile. Toutefois, il fera remarquer que tant
qu’il y aura des foyers de contagion, il y a risque, d’où l’urgence de
prendre des mesures.
Amel Bentolba
NAÂMA
Suspendu après 30 ans de loyaux services pour avoir appelé à soutenir un
4e mandat pour Bouteflika
M. Lazghem Tayeb, technicien de son état, employé à l’Awem de Naâma
(agence de l’emploi), a été suspendu de ses fonctions par la Direction
régionale de Béchar dont relève l’agence de wilaya, pour, dira-t-il,
avoir appelé ses collègues à un soutien de candidature à travers son
email personnel, pour un quatrième mandat de Abdelaziz Bouteflika.
Après avoir cumulé plus de 30 ans de loyaux services auprès de
l’administration de l’Etat, il est mis à la porte pour le motif d’avoir
créé un comité de soutien à Bouteflika, qu’il a diffusé partout à
travers les emails ; chose que beaucoup n’ont pas apprécié, dira-t-il.
S’agit-il vraiment de motifs valables pour sa suspension, avancés par
l’intéressé ? Si c’est le cas, c’est grave ! Pourquoi alors, l’intéressé
n’a pas été mis à l’amiable à la retraite après 30 ans de service ? Ou
pourquoi n’a-t-il pas été poursuivi en justice s’il y a… faute, sinon
comment établir une décision de suspension sans motif portant simplement
sur proposition du directeur des ressources humaines et des moyens :
article 1 : M. Lazghem Tayeb est suspendu de ses fonctions à compter de
la signature de cette décision… jusqu’à sa comparution devant le conseil
de discipline !!!?
Dans une requête adressée au ministre de tutelle (Emploi et Sécurité
sociale), avec copie pour la présidence et le Premier ministre, ce père
de famille demande en urgence une commission d’enquête pour élucider les
dessous de sa suspension et notera qu’il s’agit d’un complot et d’un
règlement de comptes sans plus. «Les services de la présidence sont
informés que mes collègues de l’Anem à travers le territoire national et
moi-même avons constitué des comités de soutien pour un 4e mandat au
président en exercice, et nous l’avions fait depuis son premier mandat.»
Selon l’intéressé, il semblerait qu’il est victime d’une machination
d’un autre soutien puisque ceux qui sont derrière ce complot sont
connus, avoue-t-il.
Dans un communiqué publié par les travailleurs de l’Anem (cellule UGTA),
avec le soutien des travailleurs des agences du territoire national, ces
derniers comptent s’engager dans une protestation ouverte à partir de ce
dimanche 10 novembre à 8h, jusqu’à l’annulation pure et simple de la
décision de suspension de leur collègue, en sa qualité de technicien de
l’emploi qui a cumulé plus de 30 ans de loyaux services, un père de
famille exemplaire et discipliné qui mérite en principe encouragement,
en témoignent ses collègues, et partant, en sa qualité de président du
comité de soutien du 4e mandat pour Bouteflika. Une démarche que
soutient la quasi-totalité des travailleurs, selon le communiqué en
notre possession.
B. Henine
Relizane
Les doléances des sportifs de la région d’Oued Djemaâ
Les amateurs de sport dans la région de Oued Djemaâ lancent un véritable
cri de détresse aux responsables de la commune afin de relancer les
activités sportives.
Nonobstant la disponibilité de certaines structures sportives, telles
qu’un stade et une salle de sport, les athlètes de cette région sont
contraints de se déplacer à Relizane ou à Oued R’hiou, parfois même à
Yellel, afin d’exercer leur sport favori, dépensant ainsi des sommes non
négligeables. Pour certains, cette situation est à l’origine de
l’«engourdissement» des activités sportives, depuis 2010. Cette
décision, ajoutent-ils, a été prise par les instances locales après les
actes de violence qui se sont produits au stade communal après la
défaite de l’équipe des IRBOD.
Pour d’autres, elle est due au manque de responsables pouvant assurer la
gestion de ces structures, y compris les activités sportives. «Je dois
me déplacer trois fois par semaine à Relizane afin de pratiquer mon
sport préféré qui est le kick boxing», nous dit Djamel, un brin amer.

En conséquence, les jeunes qui ne peuvent couvrir «ces dépenses» ont
laissé tomber le sport pour plonger dans les fléaux sociaux surtout la
drogue, pour tuer le temps. Les responsables sont donc interpellés afin
de donner un nouveau souffle à ces jeunes désespérés.
A. Rahmane
MOSTAGANEM
Repas chaud pour les SDF
Louable initiative de la part de la cellule de communication de la
Sûreté de wilaya et l’association bienfaitrice Salssabil qui consiste en
la distribution de repas chauds aux SDF de la ville de Mostaganem.
En ce jour de fin de semaine, il est 20 heures quand un fourgon et un
véhicule s’occupent de la distribution de repas et la première
destination fut le quartier de Beymouth où un groupe d’une dizaine de
personnes squattant les lieux a savouré un repas copieux.
La deuxième halte fut le quartier du Derb où les équipes de bénévoles
rencontra de nombreux sans-abri pour leur offrir de quoi manger à leur
faim.
La tournée se poursuivit dans d’autres endroits où de nombreux plats ont
été servis. Vers 22 heures, la mission prit fin et chacun des membres
bienfaiteurs rentra chez lui avec, à l’esprit, l’image terrible de ces
malheureux condamnés à vivre dans la rue.
Un adolescent de 17 ans arrêté pour agression sur 2 jeunes filles
B. M. n’est âgé que de 17 ans, mais il a déjà à son actif une liste de
délits et fait montre souvent d’agressivité et de brutalité. Son mode
d’agir : il provoque les passants, les agresse et les vole sous la
menace d’une arme blanche. Cette fois, rôdant aux alentours de
l’ancienne gare routière à la cité des 400 logements, il a récidivé en
agressant deux jeunes filles d’une vingtaine d’années pour leur voler un
sac à main, leurs mobiles et une bague en or.
L’enquête a été confiée à la Sûreté du 7e arrondissement et grâce aux
témoignages et signalements sur l’agresseur donnés par les deux jeunes
filles, il a été interpellé au centre-ville et arrêté.
Durant sa garde à vue, l’agresseur a été formellement reconnu par ses
victimes. Le jeune multirécidiviste a été incarcéré jeudi dernier par le
procureur de la République et sera jugé par le tribunal des mineurs.
A. B.

Categorie(s): régions

Auteur(s): A. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..