LE SOIR DU CENTRE

Lesoir; le Dimanche 2 Decembre 2012
2

BOUIRA
48 milliards de créances impayées à la Sonelgaz
Alors que la Direction de distribution (DD) d’électricité de la
wilaya de Bouira parle d’efforts importants entrepris pour améliorer la
qualité du service pour ses clients, en termes d’électricité et de gaz,
elle enregistre des créances impayées évaluées à quelque 48 milliards de
centimes.
Ces chiffres nous ont été fournis lors d’un point de presse organisé
lundi dernier et où il était question d’un plan d’urgence à l’effet de
se préparer pour l’été prochain et éviter le scénario de l’été dernier
où la Sonelgaz a été la cible de plusieurs critiques en raison des
chutes de tension ou carrément des coupures qui ont duré parfois
plusieurs jours. En effet, lors de ce point de presse, Mlle Ouadi,
responsable au niveau de la DD de Bouira, a rappelé que la wilaya de
Bouira a été parmi les wilayas qui ont vécu le moins de problèmes en
termes de chutes de tension et autres coupures et a déclaré qu’un plan
d’urgence a été mis en place pour parer à toute mauvaise surprise.
Ainsi, outre les 40 postes transformateurs qui sont en cours de
réalisation dans le cadre du plan ordinaire d’amélioration de la qualité
de service et qui devra être achevé avant la fin de l’année en cours et
dont l’enveloppe financière est évaluée à près de 20 milliards de
centimes, 68 autres postes d’une valeur de 30 milliards de centimes,
sont inscrits au titre du plan d’urgence et devront être réalisés et
réceptionnés avant le 31 mai 2013, et 116 autres d’une valeur de 68
milliards centimes seront achevés avant la fin de l’année 2013.
L’objectif de toutes ces opérations étant, comme le soulignera Mlle
Ouadi, le renforcement du réseau électrique, l’amélioration de la
qualité de service et, enfin, l’atténuation des effets spontanés de
l’appel de courant important en été suite à l’utilisation exagérée de la
climatisation. Par ailleurs, sur un autre volet, la chargée de la
communication, Mlle Widad, a indiqué que la DD de Bouira a enregistré un
manque à gagner dû à des créances impayées évaluées à quelque 48
milliards de centimes. La daïra de M’chedallah accuse, à elle seule,
plus de 12 milliards de créances. Selon les responsables de la DD de
Bouira, malgré toutes les voies pacifiques utilisées, les ménages,
spécialement dans la commune d’Aghbalou qui enregistre le plus grand
taux d’impayés, continuent de refuser de payer leurs créances. Ce refus
dure depuis les événements du Printemps noir en 2001 où les Arouch
avaient à l’époque et, à travers toute la Kabylie, refusé de payer les
redevances d’électricité pour protester contre le traitement réservé aux
événements par la Télévision nationale, laquelle bénéficie d’une part
des redevances de la Sonelgaz.
Y. Y.

Categorie(s): régions

Auteur(s): Y. Y.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..