Le Soir du Centre: Bouira Enfin des investissements !

Lesoir; le Dimanche 10 Novembre 2013
2

Jamais la wilaya de Bouira n’a été aussi réceptive aux problèmes que
vivent, habituellement, les investisseurs et autres hommes d’affaires,
désireux se lancer dans la wilaya. Depuis le mois de juillet dernier,
les autorités de la wilaya ont pris les choses en main en multipliant
les rencontres avec toutes les personnes porteuses de projets
d’investissement.
Il faut dire que la wilaya de Bouira, qui a été pendant de longues
années à la traîne, a décidé enfin de se réapproprier la zone
industrielle de Sidi Khaled, restée jusque-là abandonnée et récupérée
par les ex-propriétaires terriens qui avaient saisi l’occasion de la
démission des pouvoirs publics pour occuper le terrain et travailler
leurs terres sans que personne les contraigne ou ne leur rappelle que
leurs terres avaient fait l’objet d’expropriation dans le milieu des
années 1980, suite à la décision des pouvoirs publics de l’époque de
créer une zone industrielle dans la région de Sidi Khaled, relevant de
la commune d’Oued El Berdi, à 10 kilomètres au sud de Bouira.
Aussi, après la récupération de ces terres avec la manière que l’on
sait, plusieurs investisseurs qui avaient eu leur agrément auprès du
Calpiref de Bouira avaient entamé les terrassements en attendant la
régularisation de leur situation administrative, comme l’obtention du
permis de construire, les plans parcellaires, etc. Aussi, pour faciliter
la tâche à ces investisseurs, des rencontres périodiques avaient été
initiées par l’actuel wali, Nacer Maâskri, afin d’aplanir les
divergences et défricher le terrain, au fur et à mesure de l’avancement
des projets.
Jeudi dernier, une rencontre similaire a eu lieu au niveau de la wilaya
en présence de près de 70 investisseurs dont 14 ont des projets
opérationnels, 29 sont en train de lancer leurs projets, 19 n’ont pas
encore lancé leurs projets, 6 autres sont à l’arrêt.
Lors de cette rencontre, le directeur de la PME/PMI qui a donné une
lecture exhaustive de tous ces projets, avant de donner la parole à ces
investisseurs pour exposer leurs problèmes, a affirmé que la majorité
des projets sont lancés, même pour ceux qui n’ont pas encore leurs
permis de construire. Ainsi, pour la nature des investissements, l’on
notera la présence dans le cadre des projets relevant de
l’agroalimentaire, de Ifri Olive qui compte se lancer à Bouira avec le
label Ifri bio, de l’agroalimentaire La Belle, sans oublier Cevital.
Dans ces projets, il y a également la firme Sovac des camions
industriels qui compte installer dans cette zone un port sec et des
ateliers de pièces détachées, il y a aussi, Afrique Bitume, Goura
Emballage, etc.
Lors des débats, des questions liées au manque de téléphone et
d’Internet, de transformateurs électriques, de bornage des lots, ont été
évoquées et le wali a promis de prendre en charge tous ces problèmes
dans les plus brefs délais.
Le wali a insisté sur le sérieux en invitant les investisseurs présents,
surtout ceux qui n’ont pas encore lancé leurs projets, à le faire dans
l’immédiat, sous peine de leur retirer le terrain et d’annuler les
agréments. Durant la même séance, le wali a informé les présents qu’une
superficie supplémentaire de 190 hectares vient d’être attribuée à la
wilaya pour l’extension de cette zone industrielle de Sidi Khaled qui
aura, désormais, une superficie totale de 415 hectares.
Le wali a lancé un appel aux investisseurs tant nationaux qu’étrangers
de venir investir dans cette zone industrielle qui sera reliée à
l’autoroute Est-Ouest dans quelques semaines avec une route à double
voie et à une distance de moins de 6 kilomètres. Un autre atout pour la
wilaya de Bouira qui est à moins d’une heure de la capitale avec
l’actuelle autoroute.
Y. Y.
Journée nationale de l’artisanat
Zoom sur les femmes et leur savoir-faire
Correspondant au 9 novembre, la Journée nationale de l’artisanat a été
célébrée dans la wilaya de Bouira par l’organisation d’un festival dédié
à la femme rurale et à ses nombreux savoirs et savoir-faire. Une
exposition riche et variée qui se tient à la maison de la culture Ali
Zaamoum jusqu’au 13 du mois en cours.
Les visiteurs, nombreux, sont émerveillés par la finesse et la qualité
des produits exposés et parfois même proposés à la dégustation. Ainsi,
les étals de gâteaux traditionnels et modernes ont attiré les foules
venues s’enquérir des dernières nouveautés sucrées ou prendre contact
pour d’éventuelles commandes. Un rayon où se distingue Mme Galia Larem,
la cinquantaine bien entamée et qui réussit avec art et dextérité à
transformer de simples grains de blé ou d’orge en produits finis, prêts
à être consommés. Une femme qui travaille sans relâche et avec des
moyens limités pour satisfaire une clientèle fidèle en M’hemsa, Rechta,
M’guetaâ, R’fiss ou encore en couscous décliné en quatre types ; blanc,
rouge à l’orge ou au son et enfin, noir fait à base d’orge mêlé à toutes
sortes d’herbes sauvages présenté comme bénéfique pour les troubles du
colon et les diabétiques.
Un travail né d’un savoir-faire ancestral que Mme Galia souhaite
perpétuer et transmettre à une génération avide de ce savoir mais que le
manque de soutien de la part des autorités locales qui refusent
d’accorder un local à cette femme pleine d’ambition, plonge de plus en
plus dans la précarité et le flou d’un avenir serein. Un autre rayon
s’est également distingué des autres, celui des robes traditionnelles
notamment kabyles représentées par deux couturières venues de la wilaya
de Tizi-Ouzou.
Des robes aux couleurs chatoyantes où se mêlent tissus de soie fine et
rubans aux mille nuances, des couleurs qui se sont révélées de vrais
codes, symboles de chaque région de la Kabylie dans toute sa diversité.
Ainsi, les plus célèbres étant sans conteste les régions de Béni Douala
et d’Azazga avec des robes hautes en couleur et dont la spécificité
réside dans la droiture des décorations, avec des motifs supplémentaires
pour la région d’Iazouguen.
Le fort de la région de Maâtkas est la robe de mariée, portée le
septième jour des noces, faite en soie blanche rehaussée de zigzags et
d’un ruban en laine verte ajouré d’un fil jaune croisé. Une robe
symbolisant toute la région de Maâtkas et que la couturière souhaite
faire connaître à travers cette exposition.
La robe de la région Guergari est considérée, quant à elle, comme la
plus prisée par la gent féminine : d’une élégance simple, brodée à la
main avec des formes géométriques berbères, une perle qui fait depuis
quelque temps la fierté des jeunes mariées de la Kabylie.
D’autre part, le tissage de tapis en laine a aussi été à la hauteur des
espérances avec des produits fins et artistiques représentant un art
ancestral qui tend à disparaître au fil de la modernisation et de la
sédentarisation de la société qui fuit de plus en plus la tradition et
les valeurs sûres, legs des premières générations.
Un festival qui mérite un détour et qui met en lumière tout ce dont
recèle la société algérienne dans toute sa diversité et toute sa
splendeur.
Katya Kaci
M'sila
La Sonelgaz lance une campagne de sensibilisation contre les dangers
du gaz
La Société de distribution de l’électricité (Sonelgaz) de M'sila a
lancé, depuis le mois d'octobre, une campagne de sensibilisation de
l'année 2013-2014 contre les risques de gaz qui s'étalera jusqu'à la fin
de la saison, a-t-on appris auprès de M. Abderrahmane Yaalaoui, chargé
de la communication, qui a insisté sur la vérification des appareils
utilisés pour la première fois surtout dans les habitations.
A travers cette campagne, la Sonelgaz invite les citoyens de la wilaya à
mieux se préparer à l'usage des fourneaux et à vérifier les
installations des conduites de gaz et les tuyaux d'évacuation en se
référant aux consignes de sécurité. A cet effet, la société Sonelgaz a
tracé un programme de sensibilisation comportant le volet des
précautions à prendre contre l'asphyxie due à l'inhalation de gaz brûlé
ou de monoxyde de carbone, provoqué par la défection des conduites
d'évacuation. Le second volet a trait à la fuite de gaz naturel causé
par, notamment, la détérioration des tuyaux de gaz ou le fait d'oublier
les robinets ouverts.
Cette campagne sera appuyée par la collaboration de la radio locale et
des services de la Protection civile qui s'adonneront à des
présentations de cours pédagogiques au sein des établissements
scolaires, suite à un accord signé entre la Sonelgaz et la Direction de
l'éducation, comme on procédera à l'affichage publicitaire au niveau des
cités résidentielles et les lieux publics, outre des dépliants mis à la
disposition de la clientèle dans chaque agence de Sonelgaz.
A. Laïdi
Les dealers visent les établissements scolaires
La Sûreté de daïra de Sidi Aïssa a été informée en date du 4 novembre
dernier qu'un dealer se livrait à la vente de la drogue devant le lycée
le «Commandant Hamdi» à la cité El Wiaam-El-Madani, en plein cœur de la
ville. A la suite d’une souricière, les policiers ont réussi à arrêter
M. K. âgé de 35 ans en possession d'une plaquette de kif traité de 19,5
g et d'une lame pour découper le produit. Par ailleurs, les agents de
police ont trouvé deux plaquettes de drogue l'une de 85,2 g et l’autre
de 81,2 g dans sa chambre à coucher. Le dealer, qui tentait d'introduire
la drogue au sein des établissements scolaires et impliquer des lycéens
dans le trafic de stupéfiants, a été écroué pour possession d'une
quantité de 185,7 g de kif traité et sa commercialisation, sur ordre du
parquet du tribunal de la daïra de Sidi Aïssa.
A. L.
Opération de nettoyage de la capitale
La commune de Baraki donne le coup d’envoi
L’opération de nettoiement, d’entretien et d’amélioration du cadre de
vie dans la capitale a été lancée hier à partir de la commune de Baraki.

L’éradication des décharges sauvages et la récupération des sites pour
des projets d’utilité publique sont les principaux objectifs de cette
opération.
Les jeunes scouts se sont donnés à la tâche très tôt dans la matinée.
Sacs en plastique à la main, ils ont sillonné les principales artères et
quelques voies publiques de la commune de Baraki pour la collecte des
ordures et autres déchets ménagers. «Ce n’est pas notre première
opération, nous avons déjà entamé, depuis plusieurs mois, une campagne
de nettoiement des cimetières, des jardins publics et des plages de la
capitale, aujourd’hui, en coordination avec l’APC de Baraki, nous
entamons une campagne de nettoiement pour l’éradication des principaux
points noirs qui défigurent la ville», a indiqué un participant à
l’opération.
Ce dernier regrette, cependant, le manque de moyens qui ont été mis à
leurs dispositions. «Les enfants ne disposent que de sacs-poubelles et
de gants jetables très fins», a-t-il souligné.
Un bémol, qui est loin de décourager les participants qui sollicitent
les collectivités locales à reproduire l’opération chaque samedi. Une
enveloppe financière de plus de 100 millions de dinars a été allouée à
l’opération de nettoiement et d’embellissement des quartiers de la
capitale.
S. A.
BLIDA
Décès d’un étudiant après avoir chuté d’un mur
Un étudiant de 19 ans est décédé hier après avoir chuté d’un mur de la
cité universitaire n°6 de Blida où il résidait. La victime, inscrite en
première année aéronautique et originaire de la wilaya de Chlef, est
morte sur le coup des suites de ses blessures. Des centaines d’étudiants
et d’enseignants de l’université Saâd-Dahleb de Blida se sont déplacés
hier à Chlef pour assister à son enterrement.
Une enquête a été ouverte par la gendarmerie pour déterminer les
circonstances de ce drame.
El Affroun
Un jeune homme et sa mère fauchés par un train
Un jeune homme de 23 ans et sa mère sont décédés hier des suites de
leurs blessures après que leur véhicule fut percuté par un train, dans
l’après-midi de vendredi dernier, au niveau du passage non gardé de
Bouroumi, dans la commune d’El Affroun, à 20 kilomètres à l’ouest de
Blida.
Cet accident a provoqué le courroux des habitants de Bouroumi, qui ont
fermé la route et bloqué le trafic des trains pendants plusieurs heures.
Suite à cet évènement, la direction de la SNCF a décidé, apprend-on, de
mettre en place un gardien sur ce passage à niveau pour éviter que
d’autres accidents ne se produisent, surtout que cet endroit est très
fréquenté par les enfants.
M. B.

Categorie(s): régions

Auteur(s): M. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..