Les capacités d’accueil de la Guinée équatoriale ne permettent pas un long séjour: Les supporters algériens «déplacés en cas de finale pour les Verts»

Lesoir; le Mercredi 3 Decembre 2014
2

La CAN-2015 s’ouvrira le 17 janvier prochain à
Malabo. Ce soir, les équipes qualifiées et celle du pays-hôte vont
découvrir, après le tirage au sort, leur calendrier lors de cette 30e
édition. C’est aussi aujourd’hui que les délégations présentes à Malabo
vont devoir se lancer à la recherche de leur quartier général pendant la
compétition. Certains représentants de fédérations, à l’instar des
émissaires de la FAF, vont prospecter les opportunités d’hébergement
pour leurs fans.
Mohamed Bouchama - Alger (Le Soir) - La semaine dernière, à l’occasion
du lancement de la Coupe d’Algérie des inter-quartiers, le ministre des
Sports, le Pr. Tahmi, a fait savoir que «plusieurs paramètres seront
pris en considération» dans l’optique d’un déplacement des supporters
algériens en Guinée équatoriale. Il a, à cet effet, évoqué la situation
sanitaire (menace d’Ebola) de ce pays mais surtout les aspects
logistiques liés à l’hébergement des fans des Verts. Aussi, il fera
savoir que le dossier sera ficelé aussitôt que le rapport de la
commission dépêchée par la FAF à Malabo lui sera remis. Mais si cette
perspective d’organiser le déplacement des inconditionnels de l’EN de
football en Guinée équatoriale est faisable, le ministère des Sports et
l’opérateur de tourisme public TVA ayant l’expérience dans ce genre
d’opération, cette dernière ne sera pas de la même envergure que celles
connues en 2010 (CAN en Angola et Mondial en Afrique du Sud) encore
moins en 2013 (CAN en Afrique du Sud) et 2014 (Mondial-2014). Pour
plusieurs raisons, le nombre des fans et la durée du séjour ne seront
pas d’importance comparativement aux précédentes virées.
Trois motifs sont à l’origine de l’impossibilité de transférer plusieurs
milliers de férus des Verts en terre équato-guinéenne. Ce dernier pays
n’étant, d’abord, lié à l’Algérie que par une représentation
diplomatique par procuration (c’est l’ambassade du Gabon à Alger qui
s’occupe des formalités de visa d’entrée en Guinée équatoriale) et,
secundo, aucune liaison aérienne directe n’est disponible entre Alger et
Malabo ou Bata, les deux grandes villes de ce pays de l’Afrique
centrale. Prendre des vols des compagnies étrangères (Iberia et la RAM
sont les seules à pouvoir assurer un transfert direct sur la Guinée
équatoriale) coûtera cher et la conclusion d’une convention avec Air
Algérie passera par des autorisations que la compagnie nationale doit
négocier avec les autorités aéroportuaires de ce pays. Si TVA et ses
partenaires peuvent trouver une solution intermédiaire à ces deux
problèmes, il lui sera, par contre, difficile de résoudre la contrainte
liée à la faible capacité des infrastructures d’hébergement dans ce
petit pays coupé en deux parties (insulaire et continentale).
Alors que Bata et Malabo ont des capacités d’accueil quantitativement
«respectables» mais au prix «peu raisonnable», il n’en est pas de même
pour les deux autres villes retenues pour abriter les matches de ce
tournoi. Mongomo et Ebebiyin disposent, en fait, d’un tissu hôtelier
obsolète avec, à titre d’exemple, une capacité d’accueil de l’ordre de
203 chambres à Ebebiyin. Ce qui n’encouragerait pas l’opérateur algérien
à mettre en œuvre des packages «longue durée» pour les supporters
désireux d’assister à cette CAN-2015. Une source proche du dossier
confie à notre journal que cette éventualité a peu de chances d’aboutir
et que, en attendant le retour des émissaires de la FAF, il serait
«préférable» de se projeter sur une opération de déplacement des fans à
partir des demi-finales sinon lors de la finale. Si bien sûr les
camarades de Brahimi y seront au soir du 8 février prochain, en
définitive. Notre interlocuteur qui a noté que les conditions optimales
de séjour ne seront pas réunies durant toute la durée de la compétition,
explique que «les prix affichés par les hôtels des villes de Bata et
Malabo sont hors de portée. Payer un lit d’hôtel à plus de 200 euros
n’est pas à la portée de tous les postulants. Ceci sans oublier le fait
qu’on n’est pas sûrs d’avoir des packages pendant les deux premières
semaines de la CAN (premier tour et quarts de finale, ndlr). C’est
pourquoi, l’idéal est de mettre le paquet sur la fin de la compétition
en espérant, bien sûr, que notre sélection à qui nous souhaitons bonne
chance, soit de la fête», affirme-t-on de même source.
En tout état de cause, le retour au pays de la délégation de la FAF
devrait mieux renseigner les différents intervenants dans cette
opération qui, techniquement parlant, a peu de chances d’aboutir.
M. B.

Categorie(s): sports

Auteur(s): M. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..