Litige Cojaal-agence des autoroutes: Le gouvernement japonais joue au médiateur

Lesoir; le Samedi 6 Decembre 2014
2

Le litige entre l’Agence des autoroutes et le
consortium Cojaal trouvera un règlement au niveau des «Etats» selon le
ministre des Travaux publics. Kadi affirme que le gouvernement japonais
avait demandé à l’Algérie un délai pour trouver une issue favorable au
conflit.

Nawal Imés - Alger (Le Soir)
Les négociations qui s'effectuaient auparavant entre le maître
d'ouvrage et le maître d'œuvre seront désormais menées entre les deux
Etats algérien et japonais.
C’est dans ce cadre que le conflit qui oppose l'Agence nationale des
autoroutes et Cojaal au sujet de la réalisation du deuxième tronçon de
l'autoroute Est-Ouest devra trouver règlement. Le ministre des Travaux
publics, répondant à une question d’un sénateur, a expliqué que le
gouvernement japonais via son ambassade à Alger avait demandé à
l'Algérie «d'accorder au consortium japonais pour l'autoroute algérienne
un délai».
Le ministre des Travaux publics a rappelé que l'Algérie avait décidé la
réalisation d'une rocade à la suite de l'effondrement du tunnel de
Constantine dont la réalisation a été confiée à la partie japonaise.
Un projet qui coûtera un montant supplémentaire de 5 milliards de dinars
ajoutant que la réalisation du tunnel de Constantine, objet de litige
avec Cojaal, ne sera pas pour autant abandonné.
Les fonds, dit-il, sont disponibles pour la réalisation de la rocade et
le maître d'œuvre a été instruit afin d’accélérer les travaux et
remettre le projet avant mars 2015.
Kadi a tenu à préciser que l'Algérie avait payé à l'entreprise japonaise
65% de la valeur des contrats alors que 9% du projet ne sont toujours
pas réalisés. Il dira qu’il n’était pas possible de payer une entreprise
absente qui a décidé d’arrêter les travaux de manière définitive sans
même négocier.
Pour rappel, le contrat avec Cojaal avait été résilié à la suite d'une
mise en demeure adressée par l'Agence nationale des autoroutes au
consortium japonais, en juin dernier, le sommant de poursuivre les
travaux du marché.
Une mise en demeure qui fait suite au retard accusé dans la réalisation
du deuxième tronçon de l'autoroute Est-Ouest reliant Constantine, Annaba
et El Tarf.
N. I.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): N. I.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..