LOUISA HANOUNE RÉAGIT AU DISCOURS DE FRANÇOIS HOLLANDE: « Il y a des avancées mais aussi des contradictions majeures»

Lesoir; le Samedi 22 Decembre 2012
2

«Il y a des avancées mais aussi des contradictions majeures » dans le discours du président français sur la mémoire, relève la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT).
Cherif Bennaceur - Alger (Le Soir) - Louisa Hanoune qui, hier à
Zéralda, a réuni en conférence les élus nationaux et locaux de son
parti, s’est exprimée certes positivement sur la condamnation par
Français Hollande du colonialisme. « Il y a, indéniablement, des
avancées, dans les propos du président français sur la mémoire. Il a
reconnu les méfaits du colonialisme, l’injustice du système colonial. Il
les a nommés», dira la dirigeante du PT, en marge de cette conférence.
Néanmoins, des avancées que le président français aurait pu décliner
concrètement, observe Mme Louisa concernant notamment l’actualité
internationale. Ainsi, la secrétaire générale du PT avait estimé, même
devant ses élus, que les propos du chef de l’Etat français sur
l’existence d’une «convergence» entre l’Algérie et la France concernant
la gestion de la crise au Mali, sont infondés. «M. Hollande a voulu
convaincre qu’il y avait convergence entre la France et l’Algérie sur la
crise malienne. Je ne crois pas », a affirmé Mme Hanoune, s’exprimant au
nom de son parti. Voire, la secrétaire générale du PT constate que le
même discours mémoriel du président français comporte des
«contradictions majeures». Et elle s’interroge sur la contradiction
entre le fait que François Hollande aille jusqu’à condamner, honnir le
système colonialiste tandis que le Conseil de Sécurité de l’Organisation
des Nations Unies appelle à «accélérer» l’intervention militaire au
Mali, sous la férule américaine et britannique. Une intervention que
Louisa Hanoune considère de facto comme une action coloniale, voire
hostile à l’Algérie qui s’y refuse, certes, relève la dirigeante du PT,
mais qui risque tant d’être obligée d’y contribuer financièrement et
militairement que d’en subir les conséquences directement et sur son
sol. Percevant dans le discours français une telle contradiction, Louisa
Hanoune observe, cependant, que l’Algérie n’a pas «cédé» sur le plan
économique. Elle relève également que les accords économiques conclus «
ne nous posent aucun problème dans la mesure où ils se traduisent par
des retombées positives en termes d’emplois en Algérie». Néanmoins, la
secrétaire générale du PT n’a pas manqué d’alerter sur les périls qui
menacent l’Algérie et la nécessité d’y faire face, de «protéger la
Nation». Et c’est l’un des messages qu’elle a justement adressé à ses
élus, notamment les 910 bénéficiaires de mandats municipaux malgré la
fraude pratiquée à grande échelle. Une fraude qui a visé le PT en
premier lieu pour ses positions qui «dérangent les milieux d’affaires et
les lobbies qui agissent au sein des institutions», relève Louisa
Hanoune qui réitère son constat sur l’existence de contradictions au
sein même des pouvoirs de décision. Pour autant et outre de s’initier à
la pratique politique, les élus du PT et notamment les nouveaux élus
doivent selon elle développer une proximité concrète avec leurs
administrés, agir de manière proactive, bien concilier entre leurs
mandats populaires et leurs mandats partisans, impulser une dynamique
socioéconomique effective et contrecarrer la prégnance de l’ «argent
sale» et la «maffiatisation des institution». Tout en observant que la
tache de ces élus ne sera pas une sinécure, Louisa Hanoune a indiqué
néanmoins que leur mandat risque d’être écourté, dans la mesure où les
élections présidentielles de 2014 ne pourront maintenir le statu quo et
que d’autres élections législatives et locales peuvent être décidées
ultérieurement. Il s’agit donc de se préparer à toutes les éventualités,
observe la secrétaire générale qui estime que l’année 2013 sera une
«année charnière, de tous les périls». Outre la nécessité de revoir le
fichier électoral ainsi que le code électoral, la dirigeante du PT a
appelé à veiller à ce que la révision constitutionnelle projetée ne
remette pas en cause les acquis socioéconomiques malgré les «garde-fous»
mis en avant par le Premier ministre ainsi qu’à assurer la transparence
des prochaines présidentielles et la moralisation de la pratique
politique. Ainsi, Louisa Hanoune a indiqué que le PT ne soutiendra aucun
candidat du milieu des affaires lors des prochaines sénatoriales.
D’autre part, Louisa Hanoune a indiqué que le Parti des travailleurs
compte booster sa restructuration interne avant la fin du premier
trimestre 2013 et organiser une large action de mobilisation populaire
en vue d’adresser une lettre ouverte au président de la République sur
les enjeux actuels.
C. B.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): C. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..