MAHMOUD RECHIDI, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU PST :: «Nous sommes face à une situation de parti unique, quel que soit le scrutin»

Lesoir; le Jeudi 6 Decembre 2012
2

C’est là la conviction profonde du secrétaire général du Parti socialiste des travailleurs (PST) que le double scrutin local de jeudi dernier a confirmé. On ne peut plus clair.
M. Kebci -Alger (Le Soir) - Ceci de par, a-t-il affirmé hier lors
d’une conférence de presse, la fraude qui a caractérisé ce rendez-vous.
Une fraude qui se situe, selon Mahmoud Rechidi, bien en amont avec, at-
il soutenu, le rétricissement drastique des libertés démocratiques avec
tout ce qu’elles supposent comme liberté d’association, de création de
syndicats, de manifester et de faire grève. «Ce n’est pas la petite
parenthèse des interventions médiatiques à la radio et la télévision
concédées le temps d’une campagne électorale qui changera la donne»,
a-t-il signifié. Ceci avant que Rechidi ne s'appesantisse un peu plus
sur les autres facettes de cette fraude, citant notamment la question du
vote des corps constitués qui a totalement inversé les données dans bien
de circonscriptions électorales ou encore le fichier électoral qui n’est
connu d’aucun parti. Le SG du PST poussera l’ironie jusqu’à citer le
Premier ministre qui a avoué que le fichier électoral n’est pas encore
totalement assaini. Un Premier ministre que Rechidi descendra en flammes
qui incarne, selon lui, une politique libérale, plus que celle adoptée
par son prédécesseur. «Sellal nous fait totalement oublier Ouyahia dont
il est en train de remettre en cause jusqu’aux mesurettes de patriotisme
économique.» Et au secrétaire général du PST de plaider de nouveau, pour
un véritable rapport de force à même de faire face aux choix
ultralibéraux du pouvoir, convaincu que les élections n’y changeront
absolument rien et ne font, par la fraude qui les émaille, que
consacrer, à chaque fois, le parti unique avec des variantes. «Il fut
une époque où on a mis au devant le RND, le MSP et voilà que maintenant,
on nous sert le MPA comme troisième force politique», a affirmé Rechidi
qui s’est attaqué de manière virulente à Amara Benyounès qu’il a
qualifié de partisan du «libéralisme sauvage» et de pur produit de la
corruption politique qui caractérise la scène politique nationale. Mais
alors, pourquoi le PST prend-il part à ces consultations électorales
entachées d’avance de fraude et d’irrégularités ? «Les élections nous
servent à chaque fois de tribune pour nous faire connaître auprès de
l’opinion publique. Pour preuve, nous avons, à l’occasion des élections
de jeudi dernier, plus que triplé les suffrages par rapport au 10 mai
dernier», s’est-il réjoui, d’autant plus que, le parti n’a participé
qu’avec six listes APC et trois autres APW avec 22 militants élus dont
un comme maire, le maire sortant à Brabacha qui, malgré le tour de vis
tenté par le wali de Béjaïa pour invalider la liste qu’il a pilotée, a
pu avoir les faveurs de la population de cette commune rurale.
M. K.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): M. K.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..